Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

6 articles avec magnard jeunesse

des nouvelles !

Publié le par Za

Il y avait longtemps qu'on n'avait pas vu quelque chose gigoter par ici. Le blog procrastine, s'ankylose, roupille, hiberne depuis presqu'un an.

Et voilà qu'aujourd'hui il se réveille, toujours pour parler de littérature jeunesse mais pas à sa manière habituelle. De ce livre, je ne ferai pas la critique. Et pour cause.

Il sort ce mercredi -  c'est à dire presque tout de suite - et sera disponible dans toutes les bonnes librairies indépendantes.

Et oui, c'est mon nom tout en haut et je n'en suis pas peu fière...

des nouvelles !

Le magnifique dessin de couverture et les illustrations de début de chapitre sont signés Youlie et je ne pouvais pas imaginer plus bel habillage. Elle a donné des visages à mes personnages et je ne les imagine plus autrement désormais.

des nouvelles !

Jules vit tranquillement à Marseille avec sa mère qui l'élève seule. Pas si seule d'ailleurs car il y a un grand-père dans cette histoire. Et pas n'importe lequel. L quiétude du quotidien va être bouleversée par une révélation, un mystère que le petit Jules va vouloir percer, maladroitement parfois. Marseille est évidemment le théâtre du roman. Un passage obligé pour moi - je ne pouvais pas imaginer mes personnages évoluer ailleurs.

Hommage aux grands-pères, déclaration d'amour à Marseille, métissage, histoire de famille ancrées dans l'autre histoire, celle qui emporte les gens bien amlgré eux.

des nouvelles !

Je ne terminerais pas cette bafouille sans un grand merci à Mélanie Edwards et Angéline Ciréderf des éditions Magnard Jeunesse qui ont cru en ce texte ! 

Partager cet article

Repost0

Lulu et le château des Quatre Saisons

Publié le par Za

Lulu et le château des Quatre Saisons

Un Lulu grand format, moi, j'aime !
Les dessins de Frédéric Pillot déployés sur deux fois 29,7 cm, je dis oui !

L'argument de cet album est simple et joli. Un matin d'été, la bande à Lulu se réveille... sous la neige. Y a plus d'saison, ma brav'dame. Et c'est un quête poétique qui commence, dans laquelle le lièvre retors Rien-ne-sert aura encore son mot à dire.
Jamais Lulu ne m'a déçue. Disons plutôt que les dessins de Frédéric Pillot ne cessent de m'épater.

Lulu et le château des Quatre Saisons

Dans cette aventure, les animaux sont rejoints par de magnifiques fées qui s'étalent sur la double page, chacune représentant une saison. Et c'est toujours la même histoire avec Pillot, la vie surgit de chaque page, elle fourmille dans chaque détail. Il gagne ici encore en spectaculaire, tout en concervant cette part de malice qui fait sa patte.

Lulu et le château des Quatre Saisons
Lulu et le château des Quatre Saisons

Les fans de Lulu retrouveront ici leur héroïne préférée, toujours aussi énergique et optimiste. Pour les autres, s'il y en a, cet album sera, à n'en pas douter, l'occasion de découvrir un immense dessinateur et des personnages désopilants.

Où l'on apprend que parfois, même les insectes se caillent...
Où l'on apprend que parfois, même les insectes se caillent...

Où l'on apprend que parfois, même les insectes se caillent...

Et cette fois-ci, mon oiseau préféré sera...

... le bouffi-ahuri sur son grelot.

... le bouffi-ahuri sur son grelot.

Lulu et le château des Quatre Saisons
Daniel Picouly & Frédéric Pillot
Magnard Jeunesse, septembre 2014

logo challenge albums 2015

Partager cet article

Repost0

par une belle nuit d'hiver

Publié le par Za

Et si j'avais encore un peu envie d'hiver, moi ?

Envie de nuits frisquettes et silencieuses, de pas feutrés et de mystère...

par une belle nuit d'hiver

Par une belle nuit d'hiver est ce que j'apellerai un album d'impressions, sans histoire proprement dite, une ambiance, un sentiment éprouvé sur le moment et qui laisse une trace magnifique bien au-delà de l'instant fugace. Un tableau se dessine. Il sera offert le lendemain matin à l'enfant qui dort. Le texte de Jean E. Pendziwol est une déclaration d'amour à cet enfant, à la nature.

par une belle nuit d'hiver

Par une belle nuit d'hiver, donc. Presque déserte, sans bruit aucun pour troubler le sommeil. Le narrateur, en voix off raconte à l'enfant endormi ce qu'il ne peut pas voir : la neige qui commence à tomber, puis les arbres comme des personnages. Et aussi tout une vie qui débarque à pas menus dans l'obscurité enneigée.

par une belle nuit d'hiver

Chacun laisse sa trace furtive, la chouette, les lièvres et le renard, seule incursion de la couleur franche. C'est à croire que seule Isabelle Arsenault pouvait illustrer cet instant suspendu. Son trait traduit l'attente, le silence, mais aussi l'énergie que déploient les animaux à faire vivre cette nuit d'hiver. Les gris habitent l'histoire avec intensité, la remplissent avant de laisser la place au rouge fugace des pommes et des trognes des lièvres, au vert qui parfois s'égare.

La grâce.

C'est ça. 

J'aurai rarement employé ce terme, mais nous y sommes.

 

Par une belle nuit d'hiver

Jean E. Pendziwol & Isabelle Arsenault

Magnard Jeunesse

janvier 2014

Partager cet article

Repost0

lulu et le cheval qui danse

Publié le par Za

 

Et revoilà Lulu Vroumette, la tortue à couettes !

Vous savez sans doute qu’ici, on adore cette série et le travail de Frédéric Pillot en général. Je ne vais pas vous refaire le coup des impayables oiseaux bouffis. Encore que, cette fois-ci, notre dessinateur chouchou atteigne, à mon sens, à la quintessence du volatile replet.

lulu et le cheval qui danselulu et le cheval qui danse

Dans cet opus, Lulu fait sa mystérieuse. Que cache-t-elle à ses amis, que fait-elle de tous ces sacs de navets qu’elle trimballe inlassablement ? La couverture le dévoile : elle a rencontré un cheval magnifique et fier de la race des lipizzan, un cheval qui danse. Mais que fait-il seul, abandonné dans cette clairière ?

Lulu est un personnage attachant, énergique, déterminé et l’on est chaque fois heureux de la retrouver. On s’attache à ses aventures optimistes qui mettent en avant l’amitié et l’entraide.

Mais vous vous doutez que j’aime avant tout ces albums pour l’art de Frédéric Pillot. Je ne me lasse pas de ce fouillis grouillant de vie. Chaque brin d’herbe frémit, et pas une fleur, pas un champignon qui n’ait reçu l’attention qu’il mérite. Je décernerai d’ailleurs un prix spécial aux irrésistibles plantes potagères, à la cuisine de Lulu où j’irai bien éplucher quelques navets moi aussi !

lulu et le cheval qui danse
lulu et le cheval qui danse

La nature sert d’écrin aux personnages, des animaux qui peuplent ce récit de regards si parlants qu’ils pourraient sans complexe se substituer au texte. On pourrait disséquer chaque image, en étudier la construction, s’esbaudir devant les couleurs. Et c’est chaque fois la même chose : une fois l’histoire achevée, on revient immanquablement sur chaque double-page, juste pour le plaisir d’y dénicher une libellule ahurie, une mésange en forme de lune, l’aigrette fragile d’un pissenlit…

Ruez-vous sur ce Lulu grand cru !

 

Lulu et le cheval qui danse

Daniel Picouly & Frédéric Pillot

Magnard Jeunesse, 2013

 

Lulu et le cheval qui danse par Daniel Picouly
tous les livres sur Babelio.com

Partager cet article

Repost0

lulu vroumette

Publié le par Za

Revenons aux sources. Relisons la première aventure de notre épatante tortue, la seule, l'unique : Lulu Vroumette !

 

61QTFAKXXVL._SL500_.jpg

 

Une rude journée d'école, une course avec son meilleur ennemi le lièvre Rien-ne-sert, la chaleur d'un après-midi d'été, un cartable qui pèse une tonne, et voilà Lulu qui tombe la carapace pour se baigner. Mais la carapace disparaît... Pauvre tortue toute nue !

 

lire-relire-4-7803.JPG

 

Ce premier album contient tous les autres déjà : la vitalité des personnages, les couleurs, la bouille irrésistible de Lulu... Au fil des albums, le trait de Frédéric Pillot devient plus précis, plus nerveux, mais ce livre est déjà terriblement attachant.

 

lire-relire-4-7804.JPG

 

À cette époque, Daniel Picouly n'avait pas encore adopté la rime envahissante des autres histoires de Lulu et son texte était aussi léger et aérien qu'une aigrette de pissenlit...

Un album à redécouvrir d'urgence !

 

Lulu Vroumette

Daniel Picouly & Frédéric Pillot

Magnard, 2002

Partager cet article

Repost0

le voyage de Lulu

Publié le par Za

Laissez passer !

Mais poussez-vous !

Faites place !

Voici un album vivant !

Oui, vivant !

Peut-être ce temps derniers ai-je eu ma dose de lectures dépressives, grises à pleurer. Je suis donc entrée dans la chambre de Petitou en catimini et j'y ai volé ceci :

 

lulu_.jpg

 

Un bel album, un qui explose de couleurs et de formes, un généreux, pas regardant à la dépense d'énergie, un qui vous fera sursauter au détour de chaque page, surpris que vous serez par le souffle et la joie qui se dégagent des illustrations. Merci monsieur Pillot ! Lulu a grandi et ce n'est que justice. Cet album-ci a gagné quelques centimètres sur les précédents. Mais j'aimerais que les albums de Frédéric Pillot soient encore plus grand !

 

L'histoire voit une fois encore notre adorable Lulu aux prises avec l'affreux lièvre Rien-ne-sert et ses oreilles bleues. La vilaine bestiole veut quitter le pré qu'il juge pollué, moche, sale, bref, c'était mieux avant. Pour ce faire, il a fabriqué un genre de fusée de bric et de broc... Je n'épiloguerai pas sur le texte de Daniel Picouly, dont la rime obligatoire contraste avec l'allégresse du dessin, dont les clins d'oeil appuyés au lecteur finiraient par empâter l'histoire. Trop de connivence finit par nous tenir à l'écart des mots. Mais peu importe, car tourner la page est déjà une aventure, avec le risque de se manger un vol de couleur en pleine figure.

 

Notre épatante tortue évolue dans un pré grouillant de monde. Et c'est là que le talent du sieur Pillot vous saute aux mirettes. Allez, laissez-vous faire...

 

 

lire-relire-3-6663.JPG

 

Celle-ci, je vous l'ai choisie pour ce coin-là en particulier :

 

lire-relire-3-6666.JPG

 

C'est pas vivant, ça ? Osez me dire le contraire ! Ce fouillis organisé, l'escargot qui ne va pas manquer de se casser la gueule dès qu'on aura tourné la page, l'araignée au travail, les feuilles du chêne bruissantes de brise printanière !

Toujours pas convaincus ? Que dites-vous de ces deux pages-là ?

 

lire-relire-3-6668.JPG

 

Tout ce petit monde tourné vers la bizarre machine volante emportant les héros vers un ciel qui ne va pas manquer de se charger de nuages d'un bleu menaçant, je ne vous dis que ça...

Les ombelles précieuses,

le genre de fleur qu'habituellement on regarde à peine,

tant elle est commune...

 

lire-relire-3-6679.JPG

 

La fleur de trèfle,

celle-là même que j'extermine allégrement

avec ma bruyante tondeuse à gazon !

C'est malin, maintenant, j'ai honte...

Surtout si elle abrite ce genre de délicieuse chenille ! 

 

lire-relire-3-6680.JPG

 

Les délicats boutons d'or*,

les frêles marguerites !

J'ai aussi un vrai faible pour la coccinelle dodue,

assise au bord de son brin d'herbe, toute pensive...

 

lire-relire-3-6682.JPG

 

Le pré vu à hauteur d'insecte !

 

lire-relire-3-6683.JPG

 

 

Inspecter chaque recoin, admirer chaque détail y passer trois plombes... On ne s'y ennuie pas une seconde, car la redoutable vitalité du dessin est doublée d'un humour dévastateur. En voici pour preuve un autre thème qui m'est cher dans l'oeuvre de Frédéric Pillot, j'ai nommé : l'oiseau.

 

L'oiseau pillotien est une somme, une quintessence d'oiseau. Car s'il n'est pas aisé d'en distinguer l'espèce, cet oiseau représente un résumé de l'oiseau en général, du piaf de nos campagnes, celui qu'on ne désigne pas par le nom de son espèce, celui qu'on appelle juste l'oiseau - voire cette saleté d'oiseau s'il est quatre heures du matin.

Il est rond, d'une rondeur encore soulignée par son regard parfaitement ahuri. Il est bouffi de plumes, possiblement crétin, en un mot, parfaitement réjouissant. J'en ai chopé isolé quelques spécimens remarquables, régalez-vous ! Non, ce n'est pas pour manger ! Lâchez-moi ça tout de suite ! Mais ça va pas ? Ça se plume avant !

 

lire-relire-3-6685.JPG  lire-relire-3-6686.JPG  
 lire-relire-3-6689.JPG  lire-relire-3-6690.JPG  
 lire-relire-3-6692.JPG  lire-relire-3-6693.JPG  
lire-relire-3-6697.JPG lire-relire-3-6688.JPG  
lire-relire-3-6691.JPG

lire-relire-3-6694.JPGVous remarquerez sur cette dernière

image, qu'en plus, ils chantent faux !

 

Voilà, voilà...

J'espère que mon petit exposé vous aura convaincus de vous jeter sur les albums de Frédéric Pillot, la série des Lulu, les Raoul Taffin et les autres !

 

Le voyage de Lulu

Daniel Picouly & Frédéric Pillot

Magnard Jeunesse, 2011

 

*Au passage, je dédie cet article à ceux/celles pour qui Bouton d'Or

n'est pas qu'un nom de fleur...

Partager cet article

Repost0