Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2 articles avec stephane girel

la princesse des neiges

Publié le par Za

Comme je suis une adepte du slow book et des bibliothèques, voici un album de 1997. C'est pas jeune, mais c'est pas vieux non plus, et puis je ne suis pas là que pour causer des nouveautés - sinon, je ne vous bassinerai pas avec Mervyn Peake et ce serait bien regrettable.

Donc, Stéphane Girel, encore.

 

princesse-des-neiges-couv.jpg

 

Un pur moment de poésie, à base de canaux pris dans les glaces, de bateliers. Pour avoir vécu quelques années à une poignée de mètres d'un canal avec péniches, pont en acier, brumes et tout et tout, pour avoir fait de longues promenades avec poussette sur des chemins de halage déserts, j'ai gardé le goût de cet univers particulier, lent, si lent.

 

princesse-ds-neiges2049.jpg

 À bord de la Toison  d'or, Abel se raconte des histoires en attendant le dégel, hisse les voiles au grand mât, à moins que ce ne soit la lessive sur le fil... Prisonnière de l'hiver, la princesse des glaces se languit. L'intrépide tueur de baleines lui raconte ses aventures dans les mers du Sud. Mais les glaces se retirent et la péniche doit poursuivre sa route, séparant Abel et Alys, la fille du pontier. Il reste pourtant la promesse de cinq graines de roses trémières...

 

princesse-ds-neiges1048.jpg

 

Le texte de Pascal Nottet insuffle - avec infiniment de douceur - le merveilleux et la grande aventure dans l'hiver languissant. Les dessins de Stéphane Girel sont fragiles et délicats. Un pur moment de poésie, vous dis-je.

 

challenge-copie-1

Partager cet article

Repost0

l'homme de paille

Publié le par Za

 

Vous faites quoi, vous, lorsqu'au dos d'un album vous lisez ce genre de choses : "Grand-père glissait bien. Peut-être est-ce pour cela que je l'aimais."

Et si, en plus, à auteur, on découvre François Morel ?

Eh bien moi, j'ai tendance à me ruer...

 

homme-de-paille_.jpg

Gallimard Jeunesse, 2002 (toujours disponible)

 

Lorsque le grand-père est mort, le petit fils n'était pas encore né. Alors le père l'a empaillé. Il fallait bien le conserver, le garder près de soi pour la suite. Et puis un grand-père empaillé, ça peut rendre encore tellement de service...

 

Ce bien curieux texte est un genre d'ovni que je ne rangerai pas forcément tout de suite dans les albums de Petitou. Peut-être ai-je tort... Stéphane Girel l'a habillé d'illustrations crépusculo-neigeuses un peu glaçantes mais parfaites dans leur genre !  Voilà donc cette histoire rangée dans mes albums! 

 

 

De François Morel, j'avais adoré le spectacle "les Habits du dimanche". Il est de ces auteurs jamais très loin de l'enfance, mais de la vraie, celle qui grignote les croûtes de ses genoux, celle qui ne hurle pas d'épouvante devant un rat plus ou moins aplati au bord de la route, ou une taupe curieusement coupée en deux au milieu du chemin, mais s'intéresse plutôt au tableau, à l'effet produit - c'est du vécu petitouïen...

 

homme-paille027.jpg
En fait, cette lecture serait pile raccord avec mon humeur du moment. Chuis pas d'humeur joyeuse, c'est définitif. J'ai froid. Il fait moche. Hier, si ça intéresse quelqu'un,  j'ai sauvé un ver de terre maousse qui traversait la rue. C'est dire si je touche le fond... Je l'ai ramené dans le jardin pensant lui faire plaisir, en le portant sur un bout de carton. Comme cet ingrat tardait à s'enfouir dans la terre, de guerre lasse, je l'ai laissé sous l'arbre. Il y a aussi que je commençais à trouver dégoûtant de le voir se trémousser entre les feuilles mortes. À cette heure, dégourdi comme il avait l'air, de deux choses l'une : soit il est mort de froid (je ne suis pas retournée voir), soit il est parti engraisser un des merles du quartier...
À part ça, quelqu'un aurait-il quelque chose de rigolo à lire ?

 

challenge-copie-1

Partager cet article

Repost0