Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2 articles avec marie-aude murail

mon école des loisirs #2

Publié le par Za

Mon école des loisirs, ce sont aussi des romans, et parmi eux, une signature. Parce que s'il n'y en avait qu'une, ce serait Marie-Aude Murail. De ses personnages, Emilien est le premier à être venu vers moi, avec l'inénarrable Martine-Marie.

mon école des loisirs #2

Puis Simple, Miss Charity et Malo de Lange...

mon école des loisirs #2
mon école des loisirs #2

Et un jour, j'ouvre Oh, boy ! C'était avant. Ce roman date de 2000. Tout rond. Une époque pourtant si proche où on pouvait rencontrer un texte comme ça, sans craindre la moindre crispation. Un texte d'avant les pisse-vinaigre. Oh, boy ! est l'opposé absolu du roman à thème - que je déteste. Et pourtant Murail y aborde la question de la famille - ou ce qu'il en reste. Mais elle le fait tranquillement, sans chercher à imposer une quelconque idéologie. Et l'homosexualité d'un des héros n'est pas une question en soi, elle est un élément comme un autre du l'intrigue, ni plus ni moins. Tout cela nous donne un superbe roman d'amour et d'humour - magnifiquement adapté au théâtre par Catherine Verlaguet et mis en scène par Olivier Letellier.

mon école des loisirs #2

Les livres de Marie-Aude Murail m'ont appris que la littérature de jeunesse est avant tout de la littérature, et une littérature qui transcende les âges. Ils m'ont appris qu'un roman, c'est une histoire qu'on peut raconter sans se regarder écrire, sans prendre de pose. Le style de Marie-Aude Murail est tout ce que j'aime et tout ce que je respecte en littérature. Sans alourdir la phrase pour faire genre, en allant droit au but, droit au sens, l'écriture avance, sans se vautrer dans l'adverbe et l'adjectif. Cette efficacité, modeste et simple, laisse toute sa place aux personnages. Et quels personnages !

Alors donc, voilà. Ce deuxième épisode de mon école des loisirs était en réalité une déclaration d'admiration béate. Le prochain sera consacré à une chouette trilogie... Et pour la bibliographie de Marie-Aude Murail, les romans que je vous conseille ici et les autres, allez donc chez Ricochet !

Partager cet article

Repost0

oh, boy !

Publié le par Za

oh, boy !

Peut-on s'appeler Venise Morlevent ?
Peut-on être orphelin, membre d'une fratrie indissociable, gravement malade, terriblement triste, surdoué, insolent, drôle, perdu, débordant d'amour, inconsolable et se relever de tout, guérir de tout ?
Oui.
Dans un roman de Marie-Aude Murail tout cela est possible.

"Oh, boy !" est un grand cru classé de 2000 - comment m'avait-il échappé, d'ailleurs ? Des personnages qui auraient pu être caricaturaux, des situations qui auraient pu être too much chez n'importe quel autre auteur.
Mais... Marie-Aude Murail.
Je sais, à ce niveau d'admiration, je ne réfléchis plus, comme on dit chez moi, je bade. Je scrute l'art du dialogue, j'épie le sens de la formule. Il y a de la légèreté dans le drame, une sorte d'empathie douce et bienveillante, sans complaisance, sans se vautrer dans le drame, qui pourtant est bien là.
Ce roman s'ouvre sur une magnifique citation de Romain Gary, du genre qui peut accompagner une vie entière: "L'humour est une déclaration de dignité, une affirmation de la supériorité de l'homme sur ce qui lui arrive."

- Je ne sais pas de quoi vous parlez, répondit-il, le ton neutre.
- Que ta mère s'est tuée en buvant du Canard Vécé.
La douleur déchira le maigre corps de Siméon. Il comprenait enfin ces regards qu'on lui jetait, entre horreur et pitié, ces murmures qui s'éteignaient quand il entrait dans une pièce. Il prit le temps de sourire avant de répondre:
- N'importe quoi ! C'était du Décap four.
Le foyer de la Folie-Méricourt était un concentré de misère juvéniles. Mais ça, ça en imposait. Les deux garçons, bizarrement impressionnés, se collèrent au mur pour laisser passer Siméon. Quand celui-ci entra dans la salle du petit déjeuner, il vit tout de suite que les petites soeurs déjà attablées avaient pleuré.
- Qu'est-ce qui ne va pas ? demanda-t-il en s'asseyant devant son bol.
- C'est Dent-de-lapin, répondit Morgane. Il dit que Maman est morte parce qu'elle a... qu'elle a... bubu... bubu...
Elle se mit à sangloter, momentanément incapable de terminer la fin de sa phrase. Siméon se retourna vers sa petite soeur qui chuchota comme un secret honteux:
- Parce qu'elle a bu du Canard Vécé.
Siméon prit de nouveau le temps de sourire. C'était le truc qu'il avait pour préparer ses réponses lorsqu'il était un peu pris de court.
- N'importe quoi, dit-il avec autorité. On n'a jamais eu de canard Vécé à la maison.
- Ah bon, soupira Venise, pleinement réconfortée.

Oh, boy !
Marie-Aude Murail
L'école des loisirs, 2000

Partager cet article

Repost0