Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

9 articles avec la pasteque

L'oiseau de Colette

Publié le par Za

L'oiseau de Colette

Des cartons dans le jardin. On déménage, on emménage et tout est à recommencer. Dans ce quartier en noir et blanc, le ciré jaune de Colette fait office de lumière. Son ciré et la mention fragile, qui éclate sur un carton vide. C'est cette boite banale entre toutes qui sert de prétexte à Colette pour entrer en contact avec les enfants du quartier. Dans le carton, il y avait son animal de compagnie - parfaitement imaginaire, qui s'est enfui.

L'oiseau de Colette

De rencontre en rencontre, l'imagination de Colette brode autour de cet animal. Il s'étoffe, prend des couleurs, un nom, devient extraordinaire au fur et à mesure que la bande s'agrandit. Et personne ne trouve à redire, personne ne doute des talents de cette perruche devenue géante au détour d'une rue. Le groupe fait corps autour de Colette qui balade son petit monde, au sens propre autant qu'au figuré.

L'oiseau de Colette

Il n'est pas ici question d'affabulation, encore moins de mensonge, évidemment. Colette parvient à fédérer une bande autour de la possibilité d'un oiseau fantastique. Peu importe qu'il existe ou non, la force de l'imagination et le plaisir de consentir à l'histoire suffisent.
La belle sensibilité d'Isabelle Arsenault fait mouche un fois encore. Avec une saine économie de moyens, elle nous fait adhérer sans réserve à cette petite bande accueillante. On en redemande,  et on en aura encore : Isabelle Arsenault nous promet en fin de livre d'autres aventures de La bande du Mile-End, quartier de Montréal où elle réside.

Isabelle Arsenault
L'oiseau de Colette (La bande du Mile-End)
Colette's Lost Pet (A Mile End Kids Story)
Les éditions de la Pastèque, mars 2017

L'oiseau de Colette

Partager cet article

Repost0

l'arbragan

Publié le par Za

l'arbragan

Bertolt et le petit garçon sont amis. Bertold est un arbre. Et après ? Cela n'empêche pas les rendez-vous, les confidences, les jeux. Et il n'a pas d'autre ami, le bonhomme, il est un peu différent des autres garçons. Dès le premier dessin, on s'attache aux basques du héro. Il est vif, plein d'imagination. Il est toujours en mouvement, ce petit gars et l'arbre semble bouger avec lui. Chaque trait du dessin de Jacques Goldstyn les accompagne.

l'arbragan

J'ai toujours hâte au printemps, parce qu'à ce moment-là, son immense feuillage devient une cachette formidable.
Ce n'est pas seulement une cachette mais aussi une maison, un refuge, un labyrinthe, une forteresse.

Au fil des saisons, les jeux changent mais la complicité est la même. L'enfant apprend de l'arbre qui renferme un monde foisonnant.

l'arbragan

L'été, ses feuilles en font un poste d'observation tout à fait discret. Mais justement, un jour, ces feuilles ne reviennent pas et il faut bien admettre qu'il est mort, lui qui semblait indestructible. A sa manière, l'enfant va accepter la mort de l'arbre, va lui rendre un dernier hommage, trouver une façon de lui dire au revoir. La mort de l'arbre est naturelle et le garçon l'accepte naturellement.
Le crayon de Jacques Goldstyn brosse avec bienveillance et humour l'entourage de l'enfant, il donne vie à ses deux personnages principaux jusqu'au bout.
Et le mouvement du petit homme n'est jamais stoppé, même par la mort de son ami. S'il prend le temps de la réflexion, c'est pour mieux repartir.

l'arbragan

Dans l'histoire, c'est le garçon qui parle, il n'a pas de nom. L'arbre, lui, en a un et c'est ce qui en fait un personnage à part entière. L'histoire n'est jamais triste, au contraire. Et c'est ce qui fait toute la qualité de cet album. Il est tendre, optimiste. Il est à hauteur d'enfant, c'est à dire bien haut, sur la dernière branche, celle où on voit loin.

L'arbragan
Jacques Goldstyn
Les éditions de la Pastèque, 2015

 

logo challenge albums 2015

Partager cet article

Repost0

alpha

Publié le par Za

alpha

1956, naissance de l'alphabet phonétique de l'OTAN, appelé aussi code alpha international. Une lettre, un mot. Un abécédaire, donc. Et Isabelle Arsenault qui s'en empare pour en faire un album à part.

alpha

Elle propose une lecture-millefeuille qui va bien au-delà de la simple illustration, nécessitant parfois l'association adulte/enfant. Ce chapeau melon, cher minuscule, viens ici que je t'explique... Et ces deux-là, quelle histoire !

alpha
alpha

Au fil des pages, on est attendri, amusé, et l'on partage de petits morceaux de cinéma, de géographie, de mode, de littérature, de souvenirs aussi. On transmets, on s'amuse.

alpha

L'air de rien, il va en falloir du temps pour profiter de cet album. Alpha, c'est comme un bon tour qu'on jouerait au lecteur qui se dit qu'un abécédaire, c'est vite lu. Naïf qu'il est.

Alpha
Isabelle Arsenault
La Pastèque, 2015

logo challenge albums 2015

Partager cet article

Repost0

Les affreux chandails de Lester

Publié le par Za

C'est du vécu, forcément.

Les affreux chandails de Lester

Les vilains tricots, les pulls qui grattent, les trop courts, trop serrés, ceux qui ont pile la mauvaise couleur, qui  ne ressemblent à rien de connu et plongent leur propriétaire dans un embarras abyssal... Lester est de ces malheureux. Et maudit soit le crocodile qui a dévoré la maison de Cousine Clara, obligeant la serial tricoteuse à se réfugier chez lui.

Les affreux chandails de Lester

Malgré ses louables efforts pour détruire, cacher ces horreurs, Lester est confronté aux moqueries. Quand on voit l'allure des chandails, on pouffe aussi, l'air de rien. Et on pourrait être tenté de se ranger du côté des railleurs.
D'emblée, Lester se présente comme une petite personne particulière, rédacteur de listes alphabétiques de choses suspectes, adepte des chaussettes millimétriquement égales, bref, le genre à ne pas bousculer. L'irruption de Cousine Clara dans son quotidien est, de fait, une sorte de cataclysme. D'office différent, Lester ne l'est que davantage une fois affublé des pulls dont l'originalité défie les lois du bon goût. Cette différence, poussée à l'extrême, fait le noeud de l'album. Lester finit par ressembler à un extraterrestre.

Les affreux chandails de Lester

C'est un évènement somme toute banal, une fête d'aniversaire, qui va permettre à Lester de sortir de ce cauchemar. Mais pour cela, il va devoir bouleverser ses croyances et aller lui-même au-delà de ce qu'il pense être la différence.

Les affreux chandails de Lester

K. G. Campbell rend palpables la bêtise et la méchanceté de certains, la réjouissante étrangeté des autres. Chaque caractère, chaque trogne est soignée, avec tendresse mais sans pitié pour autant. Il allie humour et noirceur et l'on est tenté d'évoquer l'ombre tutélaire d'Edward Gorey.
Les affreux chandails de Lester est un album profond et drôle comme on en lit rarement.

K. G. Campbell
Les affreux chandails de Lester
(Lester's Dreadful Sweaters, 2012)
traduction de Fanny Britt
Editions de la Pastèque, 2014

logo challenge albums 2015

Partager cet article

Repost0

le grand Antonio

Publié le par Za

Je ne sais pourquoi, mais Elise Gravel est le genre de personne dont je me dis, sans la connaitre personnellement, que c'est une dame épatante. J'avais ce sentiment depuis un certain temps et cette interview hautement ébouriffante n'a fait qu'enfoncer le clou - merci la Mare !
Elise Gravel, c'est un geste, dans tous les sens du terme, un geste graphique, reconnaissable immédiatement, un geste intelligent, une manière de lancer des idées avec humour, sans prendre de pose. Les dessins d'Elise Gravel sont - et attention, la liste est longue - drôles, vivants, remuants, colorés, inattendus, libres, insolents, originaux, absurdes, surprenants. Je vous invite d'ailleurs à compléter cette liste par les adjectifs de votre choix.
Je vous intimerais l'ordre ne saurais trop vous conseiller d'aller voir son travail, tout de suite, voire immédiatement sur son site, sa page FB, ou encore vous offrir un de ses dessin chez Sur ton mur.
Maintenant que vous êtes immergés, on peut y aller.

le grand Antonio

Et le grand Antonio se glisse parfaitement dans tous ces qualificatifs. Inspiré d'un personnage réel, il raconte l'histoire d'un homme hors norme, un géant pour de vrai, un colosse capable de tirer des bus - voyageurs compris, de déplacer une voiture attachée à ses cheveux, tous exploits parfaitement inutiles, donc hautement poétiques. Antonio Barichievich est une figure populaire au Canada, un inconnu par chez nous. Mais qu'importe.
De son enfance mystérieuse on ne peut que supposer les hauts faits. Il aurait pu, lui aussi en tuer sept d'un coup, et rien n'empêche de lui imaginer des débuts dans la vie dignes des contes, avec des parents bûcherons. Géants bien sûr. De son arrivée au Canada ne subsiste que des éléments démesurés, notamment ses capacités d'engloutissement de poulets ou de beignets.

le grand Antonio

Son allure extraordinaire pourrait en faire un extraterrestre, ce dont Elise Gravel ne se prive pas, rassurez-vous. C'est un regard plein de tendrese, de pudeur et de drôlerie sur celui qui terminera sa vie presque tout le temps dehors.

le grand Antonio

Tant qu'on en est à parler d'Elise Gravel et du vent frais qu'elle trimballe avec elle, je ne saurais trop vous suggérer, une fois encore de vous ruer sur ce projet sitôt bouclé sitôt partagé, un livre gratuit à télécharger en français et en anglais : Tu peux.

le grand Antonio

En quelques images, les clichés garçon/fille y sont jetés aux orties. Mais en rigolant - ce qui est finalement beaucoup plus élégant. La finesse du point de vue tient en ce qu'il dynamite les clichés tant du point de vue des filles que de celui des garçons.

le grand Antonio

L'humour est une arme de destruction massive.
Elise Gravel le prouve.

 

Elise Gravel

Le grand Antonio

La Pastèque, 2014


Et sinon, j'ai trouvé ce documentaire...

Partager cet article

Repost0

Jane, le renard & moi

Publié le par Za

Moultement primé, couronné, encensé (voir ici la onzaine de prix) le voici enfin dans le Cabas, c't'album !

Jane, le renard & moi

Hélène.

Dans les couloirs de l'école.

Elle n'a plus d'amies. Ses amies sont devenues ses pires ennemies, ses bourreaux. Des bourreaux de mots, de railleries, d'insultes écrites sur les murs.

Mais il y a Jane. Jane Eyre qu'elle lit dans le bus. Se cacher entre les pages, lire et ne plus entendre les moqueries, ça marche ! Mais arrive le voyage scolaire, le cauchemar, l'immersion avec les affreux, sans parler de l'achat préalable du maillot de bain.

Mais le voyage sera très surprenant.

Dans le maillot monaco, je suis une saucisse ballerine.

Dans le maillot noir, je suis une saucisse en deuil.

Je suis une saucisse.

Jane Eyre a beau être orpheline, laide, battue, seule et abandonnée, elle n'a pas, n'a jamais été, ne sera jamais une grosse saucisse.

Jane, le renard & moi

Quand vous ouvrirez Jane, le renard & moi, c'est d'abord l'usage de la couleur qui vous sautera aux yeux. La vie d'Hélène, en noir et gris. Le crayon, le fusain si présents marquent des ombres franches, pointent la solitude, tracent le quotidien de l'adolescente. Isabelle Arsenault change aussi radicalement de style dès qu'il est question de Jane Eyre, du roman en cours de lecture. La place est aux couleurs, les rouges, le bleu, le vert, l'aquarelle lumineuse. Et c'est alors plus douloureux de replonger dans la vraie vie. Alors Hélène replonge dans Jane Eyre et un paysage aux verts somptueux apparait. C'est magistral et magique.
 

Jane, le renard & moi

Et le renard, dans tout ça ?

Sachez seulement que c'est encore une affaire de couleur. De couleur et de rencontre. Ce renard est simplement extraordinaire.

Jane, le renard & moi

Fanny Britt pose un regard d'une grande tendresse sur le personnage d'Hélène, l'emmène vers le moment où elle cesse d'être victime, où même le personnage de Jane Eyre cesse d'être un refuge. Et la couleur fuse, s'insinue, discrète d'abord, puis triomphante. Impossible de séparer le texte, l'histoire de l'image. La manière dont le dessin d'Isabelle Arsenault accompagne les sentiments, la tristesse, l'espoir d'Hélène est infiniment touchant et la rend si vraie, si universelle, qu'il est impossible de ne pas retrouver un bout de notre adolescence en elle.

 

Jane, le renard & moi

Fanny Britt & Isabelle Arsenault

La Pastèque, 2012

 

10 best illustrated Children's books (2013)

10 best illustrated Children's books (2013)

Partager cet article

Repost0

virginia wolf

Publié le par Za

virginia wolf

Deux oreilles dépassent du lit. Les deux oreilles pointues de Virginia, d'humeur de chien, d'humeur de loup. Rien ne va, tout lui est devenu odieux, ses amis, sa sœur, jusqu'au soleil qu'il faut bannir. D'abord désemparée, la sœur, Vanessa, va trouver du bout de ses pinceaux comment faire revenir Virginia parmi les humains. Ensembles, elles inventent Bloomsberry, terre de cocagne où les gâteaux poussent dans les arbres, au milieu d'une débauche de couleurs. Un jardin peuplé d'animaux, de fleurs, de balançoires, de quoi peupler l'esprit de Virginia et la conduire vers sa métamorphose.

virginia wolf

Voici un album comme un millefeuille, une gourmandise aux multiples lectures possibles. En premier lieu, l'histoire simple d'une fillette au mal être spectaculaire au point de la transformer en loup.

Isabelle Arsenault inscrit d'abord Virginia dans un univers aux teintes bleutées, grises, sourdes, derrière des volets tirés. La lumière est tout à coup imposée par un coquelicot, au cœur d'une double page éclatante de vie, mue par un mouvement ascendant. Un mouvement réaffirmé par la suite, jusque dans le texte.

J'ai peint une balançoire et une échelle aussi haute que le fenêtre, pour que ce qui était en bas puisse remonter. Ma sœur a commencé à m'observer.

virginia wolf

Puis c'est le jaune qui gagne avec le retour du sourire de Virginia, encore Wolf mais plus pour longtemps. Cette histoire est belle et joyeuse, couronnée par une fin heureuse, même si le bleu environnant la dernière image laisse à penser que le loup colérique pourrait revenir. Le dessin d'Isabelle Arsenault est extrêmement touchant, par sa sensibilité, par cette manière de rendre le végétal, l'animal, simplement, sans effet ni esbrouffe.

virginia wolf
Vanessa Bell / Virginia Woolf

Vanessa Bell / Virginia Woolf

Au deuxième étage du millefeuille se trouvent évidemment l'écrivaine Virginia Woolf  et  sa soeur Vanessa Bell, qui était peintre. Kyo Maclear extrapole sur ces deux personnalités infiniment originales et modernes et en fait les héroïnes de son histoire. Le trouble bipolaire de Virginia la fait hurler à la lune, Vanessa l'aidant momentanément grâce la peinture. Glisser de Woolf à Wolf était tentant, mais le plus savoureux à mon sens est la réinvention de Bloomsbury - nom du groupe d'intellectuels et d'artistes anglais initié par une partie de la famille de Virginia Woolf - baptisé ainsi d'après le nom de leur quartier de résidence à Londres. Bloomsbury devient Boomsberry, blooms-berry.

 

Si je volais, j'irais dans un endroit parfait. Un endroit plein de gâteaux glacés et de fleurs exquises et de formidables arbres à grimper et absolument aucun tracas.

"Où est cet endroit ?" ai-je demandé.

Elle a réfléchi un peu puis a dit : "A Bloomsberry, le pays des fleurs aux fruits."

virginia wolf

Parlera-t-on de Virginia Woolf et de sa soeur aux enfants qui découvriront cet album ? Peut-être et peu importe. Mais cette source d'inspiration peu commune fait le sel du livre. Chacun y trouve son compte et l'adulte doublement.

J'aimerais terminer par une mention particulière pour la traduction de Fanny Britt, l'auteur de Jane, le renard et moi, album également dessiné par Isabelle Arsenault et lui aussi parcouru d'une référence littéraire - mais j'y viendrai bientôt.

 

Virginia Wolf

Kyo Maclear & Isabelle Arsenault

traduction de Fanny Britt

éditions de la Pastèque, 2012

 

Edit du 13/03/14:

Je viens de trouver une interview d'Isabelle Arsenault sur cet album,

c'est par ici !

Virginia Woolf par Vanessa Bell

Virginia Woolf par Vanessa Bell

Partager cet article

Repost0

joseph fipps

Publié le par Za

joseph fipps

Précieux, très précieux, cet album !

Joseph Fipps est en colère. Très en colère contre sa mère qui, rabat-joie comme toutes les mères, l'empêche de vaquer à ses occupations. Pourquoi ne pourrait-il pas grimper à l'échelle pour s'approcher de la plus haute branche du marronnier où se cache le nid du chardonneret ? Qui a décidé qu'à cinq ans, on était trop petit ? Alors la colère monte, jusqu'à la phrase, celle qu'on dit en désespoir de cause : "Tu es méchante et je veux une autre mère !" Nadine Robert donne alors tout pouvoir à l'imagination du petit garçon. Et s'il était un griffon ? Et s'il était adopté par une mère morse ?

joseph fipps

Joseph Fipps. Le titre, le prénom, le nom, le personnage est là, il existe, de façon officielle, tout patronyme dehors, planté dans ses bottes même s'il fait beau. Le texte - franchement excellent - cède parfois la place à l'image qui se divise, rythme l'histoire, s'étend le long de banquises paisibles, s'abrite sous des arbres accueillants. Les dessins sont précis, délicats, extraordinairement vivants, sans cesse en mouvement. Joseph nous offre une jolie palette d'émotions, tout y passe : l'émerveillement, la colère, la tristesse, la joie. Un petit garçon plus vrai de nature, un bonhomme à ne pas présenter à un Yark affamé...

joseph fipps

Joseph Fipps est un bel album dans tous les sens du terme. Un beau moment de lecture, tout empreint de tendressse, mais aussi un bien beau livre. Couverture solide au carton velouté, papier épais, mat. Et une typographie confortable dont la taille change comme l'intensité de la voix lorsqu'on lit le texte. J'avais déjà passablement craqué pour la frimousse d'une demoiselle Wardé. Je crois bien que Geneviève Godbout est en train de devenir une de mes illustratrice fétiches...

 

joseph Fipps

Nadine Robert & Geneviève Godbout

La Pastèque, 2012

 

Joseph Fipps a aussi croisé la route de Fantasia,

de Gabriel au bord de la Mare et de Maryline...

 

Les éditions de la Pastèque seront au Salon de Montreuil - stand A23 en face de l'Archipel BD - et y fêteront leurs 15 ans !  Je ne manquerai pas de leur rendre une petite visite, histoire - entre autres - de me faire dédicacer Le lion et l'oiseau par Marianne Dubuc !

Demandez le programme !

joseph fipps

Partager cet article

Repost0

le lion et l'oiseau

Publié le par Za

le lion et l'oiseau

Un jour le lion rencontre l'oiseau. Il le trouve dans son jardin, blessé. C'est aussi simple que ça. Aussi simple et aussi fragile. Deux êtres dissemblables se rencontrent et l'histoire coule au fil du temps, collée à la succession des saisons. Le lion et l'oiseau vont partager le quotidien, la douceur du feu, la chaleur du repas, le confort des nuits douillettes, les jeux dans la neige. Pourtant, un jour, il faudra se séparer. Tout sera pareil mais tout sera différent.

Ce livre est avare de mots, juste le nécessaire, pas un de trop. Et ces mots constatent ce qui est, sans plus, sans en rajouter. Oui, le lion est triste, pourquoi le souligner encore puisqu'on le voit ? Le dispositif de l'album en dit plus long que le texte. Les dessins s'étalent sur la double page, se coupent en quatre, se font cabochons discrets au milieu du blanc, entretiennent habilement l'envie de tourner la page. La page blanche dit le silence et l'absence.

le lion et l'oiseaule lion et l'oiseau
le lion et l'oiseaule lion et l'oiseau

Le dessin joue avec une palette subtile, des bleus, verts, bruns modestes mais évidents. Il ne donne à voir que l'essentiel et joue des expressions du lion, de ses attitudes, de ses regards. Pas besoin d'en faire des tonnes : il doute, il espère.

Marianne Dubuc signe ici un album rare qui émeut de petits riens. On en tourne les pages lentement, dégustant chaque image, chaque moment. On en caresse longtemps le papier et on le quitte à regrets, pour, c'est sûr, mieux le réouvrir très vite.

 

Le lion et l'oiseau

Marianne Dubuc

La Pastèque,

collection Pamplemousse

2013

le lion et l'oiseau

Et j'en profite pour saluer ici les 15 ans de La Pastèque, magnifique maison d'édition qubécoise !

Partager cet article

Repost0