Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2 articles avec guus kuijer

Pauline ou la vraie vie

Publié le par Za

Pauline ou la vraie vie

Sous ce titre un peu lourdaud - quel dommage - se cache une série de romans franchement épatants signés Guus Kuijer entre 2000 et 2010 - à la louche.

Pauline ou la vraie vie

Au début du premier roman, Pauline (Polleke en néerlandais) a un amoureux, Mimoun et un instituteur, amoureux lui aussi... de sa mère. De quoi faire enrager la demoiselle au caractère bien trempé. Les six cents pages qui suivent et se lisent ennui aucun la suivront dans ce début d'adolescence où  tout est matière à complication. Comment devenir poète ? Voir grandir son animal de compagnie lorsque c'est... un veau ? Comment survivre à la trahison de sa meilleure amie ?

Le ton est donné dès le début, aucun tabou dans ces pages, et une liberté de ton magnifique.

Pauline ou la vraie vie

La question de l'autre est au centre de ces romans. Jamais Pauline ne se vautre dans une introspection purement nombriliste. Sa relation tourmentée avec Mimoun, l'amoureux d'origine marocaine, oblige Pauline à confronter son éducation anti-raciste à la réalité des rapports humains, tout comme sa rencontre avec Consuelo, mexicaine exilée qui devient sa meilleure amie.

Rien n'est épargné à Pauline, la toxicomanie de son SDF de père, la mort de son grand-père. Mais là où d'autres en auraient tartiné des kilos, Guus Kuijer ne met aucun pathos dans ses textes. Oui, le père de Pauline part en désintoxication. Et sa fille l'accompagne. Et c'est normal. Elle aura sa part dans la rédemption bizarre de ce père perdu, qui ne sera pas poète, lui.

La question de la mort et de la religion est permanente. Pauline est athée et le revendique, même si elle accompagne comme elle le peut les prières de sa grand-mère croyante. Et lorsque son grand-père meurt, elle aborde le deuil avec son bon sens, sa simplicité habituelle.

Les gens autour de moi croient en quelque chose. Ils croient, par exemple, au paradis. Que Grand-père s'y trouve et qu'il nous y attend. Ou ils croient que Grand-père s'est réincarné et qu'il est devenu un bébé, ou un petit veau ou autre chose. Ou qu'il est invisible et qu'il flotte autour de nous et vit avec nous. ou qu'il survit en moi. Oui, c'est ça ! Je ne suis pas mon grand-père, je vous le signale ! Moi, c'est Pauline ! J'ai fait de mon mieux pour croire en quelque chose. Mais je ne crois en rien. Je pense qu'une fois mort, on ne vit plus.

Lorsque ce gros livre se clôt, Pauline a treize ans. Elle ne croit toujours en rien. Mais elle sait qu'elle sera poète. Qu'elle est poète.

 

J'avais déjà parlé de Pauline, il y a quelques années déjà, quand mon cabas était petit encore.

Voir aussi les avis de LetterBee, de Céline, et de Jean, cuistot de la Soupe de l'Espace.

 

Pauline ou la vraie vie, 2013

(première publication en quatre volumes)

Unis pour la vie, 2003

La vie, ça vaut le coup, 2005

Le bonheur surgit sans prévenir, 2009

Porté par le vent vers l'océan, 2010

et un volume inédit : Je suis Pauline ! , 2013

traduit du néerlandais par Maurice Lomré

illustrations d'Adrien Albert

Partager cet article

Repost0

les grandes personnes, vaudrait mieux en faire de la soupe !

Publié le par Za

C'est le titre d'un livre de Guus Kuijer (qui parmi vous saurait le prononcer ?).

Énervement n°1:
Il est de bon ton, dans certains cercles littéraires de mépriser la littérature de jeunesse, d'en faire une sous-littérature mièvre et inutile, tant il est merveilleux de lire Dostoïevski à 12 ans ! J'exagère à peine, je l'ai entendu à la radio, il y a quelques temps, dans la bouche d'un philosophe connu. Et là, je me retrouve en train de crier à mon poste : " Et Ponti, et Ungerer, c'est des coureurs cyclistes, peut-être ?! "  Ridicule, d'autant que je suis seule dans la pièce, personne pour profiter de ce bel énervement... Habituellement, j'aime mieux quand il y a un peu de public...

Énervement n°2:
Moi - Tu avais un livre à lire pendant les vacances ?
Demoiselle L., élève de 6ème - Oui, plusieurs chapitres des Métamorphoses d'Ovide, j'ai rien compris, et on avait un DM (devoir à la maison) dessus..

Grrrrrr.... Est-il vraiment urgent de faire lire Ovide à des élèves de 6ème ? J'entends, sans les accompagner dans cette lecture, non, mais en leur confiant simplement le livre à la veille des vacances,  " vous me lirez ça pour la rentrée. Circulez". Comprenons-nous bien, je ne suis pas en train de vous refaire le plan de la Princesse de Clèves.. Je n'ai rien contre l'idée d'initier nos petits bouts de lecteurs aux bons vieux classiques. Moi même, en classe... Mais c'est une autre histoire... Pourrait-on au moins essayer de le faire moins brutalement, s'il vous plait...

Je me demande souvent comment on peut transmettre à son tour ce qui vous a été donné, un jour, avec générosité, le sourire au coin des lèvres, la connivence en plus ?  Qu'est-ce qui fait naître un lecteur curieux, avide, heureux ? Cultivé, certes, mais d'abord heureux !
Pour les petits, pas de doute, il faut leur donner des textes à entendre ( ce qui satisfait pleinement mon goût du one-maîtresse-show !). Tout est bon à prendre, tout est bon à lire: Marie-Aude Murail (first !), Roald Dahl (ah ! contrefairrre la voix de la Grrrandissime Sorrrcièrrre), les aventures d'Ulysse, Andersen, Fifi Brindacier, Alice au pays des merveilles, le Petit Nicolas (ça marche toujours très bien), Susie Morgenstern, les contes de tous les continents et de tous les temps, Peau d'Ane, la Barbe-Bleue, le Petit Poucet, le Minotaure, Jason et la toison d'or, Baba Yaga, Soundiata l'enfant-lion, Nasreddine Hodja... Je vous cite ceux-là parce que je les ai tous essayés, avec bonheur.

Tiens, en parlant de Nasreddine Hodja, l'autre matin, ouvrant le manuel de Français (Facettes/Hachette) avec mes CM1 pour chercher un exercice sur l'imparfait, visez un peu ce que j'ai trouvé:

jdarwiche054


Si, si ! Notre Jihad dans les manuels scolaires !!! Bon, cette phrase s'adresse un peu exclusivement à certains de  mes fidèles lecteurs & amis... Pour ceux ne le connaîtraient pas, Jihad Darwiche est sans conteste le meilleur conteur de tous les temps, et je n'exagère pas (comme si c'était mon genre, d'ailleurs...) ! Ses nombreux recueils de contes se trouvent  sur les rayonnages des (bonnes) bibliothèques & des (excellentes) librairies. C'est également un être humain comme on en croise rarement, un ami très cher, un frère.  
 http://www.mondoral.com/spip.php?rubrique97


http://www.actusf.com/spip/IMG/jpg/LeBonheurSansPrevenirMoyen.jpgMais revenons à Guus Kuijer, parce que  moi, j'aime les livres Guus Kuijer (et que je ne me lasse pas son nom...) !  Et, délice, parmi les nouveautés de ce printemps, avec les hirondelles qui ne manqueront pas de revenir investir  les poutres du porche de la maison, arrivera également  le nouveau Guus Kuijer: "Porté par le vent vers l'océan". C'est le quatrième tome des aventures de Polleke (traduit en Français par Pauline). Pauline a un PC (père compliqué) aux prises avec la drogue, une maman qui file le parfait (?) amour avec l'instituteur, un amoureux, Mimoun, des grands-parents à la campagne, un veau comme animal de compagnie.
Tout ça se passe aux Pays-Bas, dans un quartier populaire d'Amsterdam. Il est question d'amour, de famille, d'amitié, ça part dans tous les sens, c'est vivant, bref, ça décoiffe ! Guus Kuijer ne s'encombre pas de politiquement correct, de langue de bois gnan-gnan. Et, j'allais oublier, en plus, c'est drôle !

Les quatre tomes des aventures de Pauline (" Unis pour la vie", "La vie, ça vaut le coup", "Le bonheur surgit sans prévenir" (j'aime ce titre) et "Portés par le vent vers l'océan") sont édités par l'École des Loisirs.



Partager cet article

Repost0