Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

190 articles avec albums

on peut compter sur Charles !

Publié le par Za

On l'a lu, relu, re-relu, mais pas épuisé, oh non ! On le connaît par coeur même, ce Charles! Et le revoilà, le dragonnet maigrichon qui nous fait un clin d'oeil avec ce clac book, évidemment signé Philippe-Henri Turin, youpi !

 

compte-avec-Charles009.jpg

 

"Mais kézako, un clac book ?" t'entends-je demander, lecteur adoré. Eh bien, c'est un peu comme si Charles se mettait à l'accordéon, quoique ses bras un tantinet courts ne lui permettraient que très difficilement cette activité... Maintenant que j'y songe, pour le violon aussi, c'est râpé. Il peut toujours chanter, me direz-vous. À force de le fréquenter, j'en suis  d'ailleurs venue à me demander quel genre de voix il pouvait bien avoir. C'est comme lorsque je me suis entendue dire : "Mais quelle taille il fait, en vrai ?" En vrai... Eh bien oui, je vous dois la vérité : j'ai adopté un dragon !

 

Bref. Un clac book est un double accordéon en carton qui se déplie en faisant clac ! D'où son nom.  En fait, il fait plutôt skroutch ! Mais skroutch book, c'est tout de suite moins vendeur, vous l'admettrez. Tout le monde suit  ? Je n'ai perdu personne en route ? Et nous voici, côté pile, devant une galerie de portraits de Charles comptant tout ce qui lui tombe sous la patte, y compris ses copains de l'école des dragons, que vous reconnaîtrez sans peine, n'est-pas ? Cet exercice réjouissant nous laisse découvrir les grands talents de comédien du dragonnet.

 

lire---relire-4419.jpg

  - Pourquoi on ne voit que les nombres pairs ?

- C'est fait exprès.

 

Charles n'est pas à proprement parler mignon, ce qui est reposant, je l'avoue. Il n'a rien de ces personnages lisses de certains livres pour enfants, il est griffu, couvert d'écailles et son cou maigrelet plisse lorsqu'il tourne la tête - j'adore ce détail. Et ses dents ! Ne loupez pas son sourire carnassier, un sourire dont je n'approcherais pas la main...

 

lire---relire-4432.jpg

- Et pourquoi elle est si riquiqui cette photo ?

- Parce que. C'est fait exprès.

 

Voudrait-on lui faire un câlin qu'on se retrouverait empêtré dans ses ailes interminables. Encore que... Lui faire un câlin... Car Charles a beau être devenu, vous l'aurez compris, mon nouvel ami, il conserve ce je ne sais quoi de sauvage qui fait qu'on ne sait jamais s'il va vous faire une affectueuse léchouille ou vous croquer la joue. Il est définitivement à part, unique.

 

Compter, donc, puisque c'est le sujet du jour. Eh bien, ça peut être coton. Parce que notre Charles a certes deux grands pieds, deux ailes majestueuses, je ne vous apprends rien j'espère, un long nez, deux beaux yeux, il a quatre doigts à chaque main, ce qui vous l'avouerez, n'est pas aisé pour aller jusqu'à 10. Il pourrait compter en base huit, m'a-t-on fait remarquer. Ceux qui me connaissent bien imaginent aisément que cette idée ne m'aurait jamais effleuré l'esprit...

 

Côté face, un dessin unique, somptueux et plein d'humour où l'on retrouve tous les éléments du recto, en situation dans un paysage vallonné propre à donner le rhume des foins à bien des dragonnets ! Je vous épargnerai le couplet pédagogico-gnan gnan sur l'apprentissage du dénombrement, car il ne s'agit ici pour nous que du plaisir de retrouver le talent de Philippe-Henri Turin, dragonnier en chef !

 

lire---relire-4422.jpg

  - C'est quoi, cette photo ? On ne voit rien !

- Et dedans, c'est quoi, des écailles ?

- Elle est nulle !

- C'est fait exprès ! Bon allez, j'appelle mon fidèle assistant et je vous en refais une autre.

Mais c'est bien parce que c'est vous...

 

lire---relire-4430_edited.jpg- Ben, c'est pas beaucoup mieux...

- Jamais contents ! Et puis...

- Oui ! C'est fait exprès, on a compris !


Un bel objet destiné aux plus petits qui vont se régaler à chercher les coccinelles, aux membres du fan club de Charles, à Petitou, fin connaisseur du sujet qui me fait remarquer que Charles à un peu les mêmes dents que Pangbotchi , non ? avant de prendre le livre dans ses bras et de s'assurer qu'il sera bien rangé dans sa chambre et pas ailleurs...

 

- Mais c'était quoi ces photos à la fin ?

- Je me tue à vous dire que c'est fait exprès !

Si vous voulez en voir davantage, rendez vous chez votre libraire et achetez le livre.

Un point c'est tout.

Comment j'avais dit, la dernière fois ?

Ah oui !

C'est un ordre.

 

 

challenge-copie-1

Partager cet article

Repost0

c'est un livre

Publié le par Za

J'ai trouvé ce petit film sur l'incontournable blog de la librairie La Soupe de l'Espace       - 9, avenue des iles d'or, 83400 HYÈRES, blog dont je ne pourrais plus me passer, voilà, c'est dit.

J'avais lu, que dis-je, on m'avait obligée à lire ce petit livre en anglais, il y a peu, je l'avais beaucoup aimé. Le voici en français. Je persiste à préférer la vo, mais c'est excellent.

 



Publié dans albums

Partager cet article

Repost0

pangbotchi

Publié le par Za

Ce doit être l'ambiance montagneuse du moment qui m'amène tout naturellement à une histoire de yéti, parce que pour ceux qui en doutaient encore, oui, je l'affirme bien haut (1 000 m), il y a des yétis dans le Cantal. Velus et tout. Vous n'avez qu'à jeter un oeil sur les vaches du cru et vous verrez que question poil... Mais je m'égare.

 

 

AUTRE-4032.JPG

 

Où en étais-je ? Ah oui, le yéti. 

 

lire---relire-4070.JPG

 

Celui-ci vit tout naturellement quelque part au Népal (et pas dans le Cantal) dans une douillette maison, avec son papa et sa maman, yétis eux aussi, évidemment. C'est la veille de Noël et le petit Pangbotchi doit faire face à une invasion de lutins, qui envahissent salement le frigo, squattent le canapé du salon... Pas mignons pour deux sous, ces lutins et sans gêne comme tout. Heureusement, papa Yéti est là pour les remettre sur le droit chemin, celui qui mène chez le Père Noël où les attend leur dur labeur saisonnier. Et nous voilà partis pour de belles glissades en baignoire ou en canapé sur les pentes enneigées !

 

 

lire---relire-4064.JPG

 

 

Voici une histoire épatante d'Alex Cousseau, qu'on relit dès qu'on en découvre la chute, un texte malin et plein d'humour. Le tandem Cousseau - Turin fonctionne à merveille. Tout n'est pas dit dans le texte, les illustrations de Philippe-Henri Turin ont leur part d'histoire à raconter et sèment les indices. Les yétis sont épatants, plus que vivants, griffus, à la fois drôles et effrayants, dents parfaitement acérées, regards pas que rassurants. Et ce petit Pangbotchi qui aurait des airs de Barbouille...

 

 

lire---relire-4066.JPG

 

 

De belles montagnes enneigées (pour ceux qui aiment les montagnes  enneigées, ce qui n'est pas mon cas, dois-je vous le rappeler ?), avec une mention spéciale pour un crépuscule rose de soleil couchant, qui vous scotche franchement lorsque vous tournez la page. Si vous voulez le voir et vous régaler, commandez ce bel album à votre libraire, c'est à l'École des Loisirs, cuvée 2005, approuvé par Petitou !

 

 

challenge-copie-1

Partager cet article

Repost0

l'homme de paille

Publié le par Za

 

Vous faites quoi, vous, lorsqu'au dos d'un album vous lisez ce genre de choses : "Grand-père glissait bien. Peut-être est-ce pour cela que je l'aimais."

Et si, en plus, à auteur, on découvre François Morel ?

Eh bien moi, j'ai tendance à me ruer...

 

homme-de-paille_.jpg

Gallimard Jeunesse, 2002 (toujours disponible)

 

Lorsque le grand-père est mort, le petit fils n'était pas encore né. Alors le père l'a empaillé. Il fallait bien le conserver, le garder près de soi pour la suite. Et puis un grand-père empaillé, ça peut rendre encore tellement de service...

 

Ce bien curieux texte est un genre d'ovni que je ne rangerai pas forcément tout de suite dans les albums de Petitou. Peut-être ai-je tort... Stéphane Girel l'a habillé d'illustrations crépusculo-neigeuses un peu glaçantes mais parfaites dans leur genre !  Voilà donc cette histoire rangée dans mes albums! 

 

 

De François Morel, j'avais adoré le spectacle "les Habits du dimanche". Il est de ces auteurs jamais très loin de l'enfance, mais de la vraie, celle qui grignote les croûtes de ses genoux, celle qui ne hurle pas d'épouvante devant un rat plus ou moins aplati au bord de la route, ou une taupe curieusement coupée en deux au milieu du chemin, mais s'intéresse plutôt au tableau, à l'effet produit - c'est du vécu petitouïen...

 

homme-paille027.jpg
En fait, cette lecture serait pile raccord avec mon humeur du moment. Chuis pas d'humeur joyeuse, c'est définitif. J'ai froid. Il fait moche. Hier, si ça intéresse quelqu'un,  j'ai sauvé un ver de terre maousse qui traversait la rue. C'est dire si je touche le fond... Je l'ai ramené dans le jardin pensant lui faire plaisir, en le portant sur un bout de carton. Comme cet ingrat tardait à s'enfouir dans la terre, de guerre lasse, je l'ai laissé sous l'arbre. Il y a aussi que je commençais à trouver dégoûtant de le voir se trémousser entre les feuilles mortes. À cette heure, dégourdi comme il avait l'air, de deux choses l'une : soit il est mort de froid (je ne suis pas retournée voir), soit il est parti engraisser un des merles du quartier...
À part ça, quelqu'un aurait-il quelque chose de rigolo à lire ?

 

challenge-copie-1

Partager cet article

Repost0

tendres dragons

Publié le par Za

Pour tout vous dire, à la maison, question dragon, on serait plutôt outillés...

 

AUTRE 3897

 

Et c'est sans évoquer les nombreux ouvrage dragonniers qui encombrent les étagères de la bibliothèque...

Quoique...

Il en manquait un, et pas des moindres !

Mais cette bévue fâcheuse est désormais réparée !

 

tendres dragons

 

Celui-ci est signé par la même équipe que Les ogres, excusez du peu...

175 pages de grande littérature dragonnière où se mêlent légendes, informations scientifiques de première importance, le tout remarquablement documenté. Dragons du monde entier, de toutes les époques , pas un qui n'échappe à l'esprit inquisiteur de Sylvie Chausse ! Les voilà inventoriés dans leur grande diversité, scrutés sous toutes les coutures, les grands, les petits, les jolis, les moches, les féroces, les méchants, les menteurs, les cruels, les avides, les pacifiques, les soupe-au-lait, les voyageurs, les séducteurs, les farceurs, les familiers, les inconnus, les fascinants, les redoutables... Avec eux leur pendant indispensable, la cohorte des sauroctones, autre nom du tueur de dragon, généralement élevé fissa au rang de la sainteté, alors que, franchement, il n'y a pas de quoi pavoiser... En parcourant ces pages, vous deviendrez incollables sur cette magnifique créature,  en particulier sur ses moeurs amoureuses : "Les hommes qui ont vu un dragon prendre une de ces terribles colères qui incendient les forêts et brisent les montagnes, pensent que ces monstres sont incapables de ressentir de la tendresse... Les malheureux, ils ne savent pas avec quelle fougue un dragon déclare sa flamme."  (d'où le titre de l'ouvrage)

 

AUTRE 3912

 

Je n'ignore plus rien désormais des dragons suisses, des jurons et insultes préférés des dragons,  de leur navrant penchant pour la boisson, de l'éducation des dragonnets, de  l'oeil du dragon et de son redoutable baiser, de la conduite à tenir en cas de morsure : "On parle souvent des brûlures provoquées par les dragons, et on a tort de négliger les morsures. Cependant, on peut probablement expliquer l'absence de remèdes efficaces pour les soigner par le fait que la morsure se termine généralement par l'ingestion totale du sujet ce qui rend toute médecine bien dérisoire." (voir couverture du livre)

 

Et puis, il y a le travail d'illustration de Philippe-Henri Turin, dont la modestie va encore devoir souffrir un peu, tant pis. Saluons d'abord son courage, son inconscience même. Faire tenir si longtemps la pose à un dragon, a-t-on idée ? Puis maîtriser la légère nervosité qui doit  gagner votre main dans les parages de ce genre de bestiole afin de rendre au mieux les subtiles couleurs de sa robe, les reflets délicats de sa pupille, le mouvement léger, quoique démesuré, de ses ailes diaphanes... Et ces trognes, toutes plus réjouissantes et monstrueuses les unes que les autres...  Une centaine de dessins, une folie de couleurs, de précision jubilatoire ! Chapeau bas ! Non, sans rire, c'est du grand art, de la part de celui qui, quelques années plus tard, devait dessiner Charles. J'ai quand même un faible pour le dessin de l'article "grotte", qui représente un dragon assoupi dans le noir, tout en nuances de noirs et d'anthracites... Allez-y voir, c'est page 69 !

 

 

AUTRE 3914

 

Le genre de livres à garder à portée de la main, parce qu'une fois lu,

on n'a qu'une envie : y replonger !

 

 

challenge-copie-1

Partager cet article

Repost0

quel phénomène, ce Charles !

Publié le par Za

C'est l'histoire de l'album qui se vend plus vite que son ombre ! À peine paru, déjà épuisé, en réimpression, je suppose. Je n'ai pas vraiment d'expérience dans ce domaine, mais être tiré à 10 000 exemplaires et se retrouver épuisé en à peu près deux mois, ça vous pose un album... Évidemment, j'en voulais un au pied de mon cabas  mon sapin pour moi pour Petitou. Mais non, ô désespoir, introuvable, des meilleures librairies aux plus grandes enseignes. Ou presque. On réussit, j'ose à peine l'écrire, à en commander un à la fn..., pour finalement en croiser trois exemplaires sur les rayonnages d'une librairie clermontoise, ça nous apprendra. Mais, me direz-vous, pourquoi tant d'efforts, tant d'acharnement ?  Quel est ce Graal littéraire qui a fini par atterrir cette semaine à la maison ?

 

Charles, bien sûr !!

 

 

charles

 

 

C'est ce qui s'appelle un grand  album (41X29 cm, quand même), le genre derrière lequel on peut se cacher, s'il le faut, pour se perdre dans les immenses dessins de Philippe-Henri Turin, gloire à lui. Parce que c'est époustouflant. De précision, de mouvement, de couleurs, d'humour. Le coup du dragon, ça devient risqué, rebattu même. Mais là... Charles, enfant chéri de ses parents dragons, fait sa rentrée à l'école. Il se rend vite compte qu'il est différent, lui, le maigrichon aux grands pieds - Petitou raffole du mot maigrichon qu'il met à toutes les sauces, juste pour le plaisir de le prononcer, je crois.

 

 

charles 1

 

 

Charles aux ailes démesurées, de vraies ailes de géants qui l'empêchent de voler et provoquent les moqueries de ses camarades. Et puis, pire que tout, Charles est poète. Il noircit  de vers les pages de ses cahiers. Jusqu'au jour où... Jusqu'au jour où, vous aussi, vous plongerez avec délice dans le texte d'Alex Cousseau, un texte comme on les aime, de ceux qui ne prennent pas les enfants pour des imbéciles. Ni les grands d'ailleurs. Parce que bon, je veux bien lire des histoires à Petitou - il commence à très bien se débrouiller sans moi, d'ailleurs, mais je refuse de m'ennuyer, de lui asséner des textes mal écrits, bêtifiants, bâclés.

 

Alors on ne boude pas son plaisir lorsqu'on tombe sur un trésor pareil ! 

Il sera bientôt à nouveau disponible.

Commandez-le immédiatement à votre libraire préféré.

C'est un ordre.

 

 

charles-2.jpg

 

 

  challenge-copie-1

Partager cet article

Repost0

ma soeur-étoile

Publié le par Za

En écho à Demain j'aurais vingt ans, Alain Mabanckou signe ce texte magnifique, au Seuil Jeunesse. Je viens tout juste de terminer son Black Bazar et voilà que ce matin, dans ma librairie préférée, je tombe sur cet album, l'occasion était trop belle !

 

 

souer etoile

 

 

Mabanckou revient là encore à son enfance, à cette grande soeur morte deux ans avant sa naissance, et qui garde en elle, peut-être, tous les autres enfants que sa mère n'a pas eu après lui. Cette soeur, devenue une étoile à laquelle il peut raconter ses malheurs, et qui dessine dans le ciel, rien que pour lui, les moutons du Petit Prince. Cette soeur dont il porte le deuil sans l'avoir jamais vue que sur une photo que sa mère porte sur elle.  Cette soeur à laquelle il croit tellement qu'il arrive à convaincre son copain Nestor, qui n'attendait que ça. C'est le premier texte de Mabanckou pour la jeunesse. Il manie ce thème délicat sans détour, franchement, mais sans brutalité non plus.

 

On retrouve dans cet album, les personnages du roman : l'oncle René, papa Roger et surtout maman Pauline, avec son pantalon moulant orange et même un immense porc-épic, clin d'oeil à un précédent roman d'Alain Mabanckou, Mémoires de porc-épic.  Le travail d'illustration de Judith Gueyfier est remarquable. Elle enveloppe le rêve de bleus profonds, de violets, de roses si doux. Elle rend la lumière du jour éclatante de couleurs franches et de beaux sourires.

 

 "J'ai écrit cette histoire de mon enfance parce que, même devenu adulte, je suis resté cet enfant qui court après sa Soeur-Étoile. Et c'est peut-être aussi pour cela que je suis devenu un écrivain." 

 

Partager cet article

Repost0

scritch scratch dip clapote !

Publié le par Za

Celui-là, on le lit, on le relit, on l'emprunte.

Et puis un jour, un chèque cadeau pour son anniversaire (merci Nounou!)

et hop !

on l'achète !

avec le réjouissant tome 7 de Petit Poilu (merci Nounou!)

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/61uk2tkxeiL._SS400_.jpg

 

scritch scratch dip clapote ! disais-je...

 Quel titre...

C'est le bruit qu'entend Jérôme, le petit grenouill.. grenouillou, grenouilleau ? Parce que non, ce n'est plus un tétard mais un vrai grand, avec un beau pyjama, un grand lit à lui, une jolie chambre, dans sa maison de famille grenouille. Et quelle maison ! Pour moi, qui, comme les Shadocks, crains le chaud, le froid, le sec et surtout l'humidité, cette maison est un véritable cauchemar, du genre villa les pieds dans l'eau.

 

 

scritch-1013.jpg

 

Alors, ce bruit, quand on a fait les câlins, les bisous rituels, qu'on a lu l'histoire bien calé contre le costume cravate de papa qui rentre du travail juste à temps, ce bruit, il est inquiétant, monstrueux, car c'est sûr, un monstre ! C'est forcément un monstre ! La maison de Jérôme, pleine de recoins obscurs, plongée dans la pénombre est inquiétante à souhaits, à moins que ce ne soit moi, en pleine crise d'identification... Parce qu'à la maison, la peur du noir est un thème qui ne touche pas vraiment le petit, plutôt la grande... Si Petitou aime tant ce livre, c'est, à mon avis pour les rituels du soir et le timing familial. Un câlin, encore un, on a pas fait le câlin... Ah, la mauvaise foi vespérale !

Reste la fin du livre, la résolution poétique et tendre du mystère "scritch scratch dip clapote".  Les dessins de Kitty Crowther, au crayon, sont très évocateurs, la fois naïfs et oniriques.

 

 

scritch-2014.jpg

 

Collection Pastel, de l'École des Loisirs

 

Voir ici l'avis de Mirontaine.

Publié dans albums, Kitty Crowther, Pastel

Partager cet article

Repost0

Les ogres sont des cons

Publié le par Za

Et si ça devenait une sorte de tradition ? Si, tous les ans, à l'automne, je me fendais d'un petit quelque chose sur les ogres, tant il est vrai que, quand on fait mon genre de métier, manger un petit enfant, parfois, ça confine à la légitime défense...

 

Mais pourquoi sens-je confusément que ce livre-là, je ne pourrais pas l'emmener à l'école, au risque de voir ma directrice, déjà très occupée, crouler sous les plaintes ?

Le titre ? Sans doute.

Le texte ? Possiblement.

Les illustrations ? Surtout.

 

Ceci étant dit, cet album rejoint immédiatement le nirvana de mes albums chéris. Je l'aime. Pour tout ce qui fait qu'il restera pour l'instant réservé à mon usage personnel et jubilatoire.

 

 

ogres-1couv003.jpg

 

 

Voici l'histoire noire d'un ogre insatiable, affamé et, finalement, plutôt...con. Ayant dévoré son royaume entier, il en vient à manger sa propre famille. Tout cela se termine dans un réjouissant bain de sang, à réserver aux âmes averties, ou du moins aux chères têtes brunes adeptes du second degré.

 

Le trait d'Albert Lemant est fouillé, pas propre sur lui, grinçant. Le texte, très conte-comme-il-faut, reste digne, même lorsque l'histoire verse dans le grand guignol, créant un contraste... comment dire... salutaire.

 

ogres 4couv002

 

 

Publié il y a un an par L'atelier du poisson soluble.

Sur cette maison d'édition décidément passionnante, je me permets de vous renvoyer à un excellent exposé de Suhani, ainsi qu'à cet aperçu de leur prochain album à paraître...

 

Partager cet article

Repost0

Broutille

Publié le par Za

Au royaume des histoires, au royaume des images, Claude Ponti est roi.

 

Les albums de Ponti, connus & archi-connus, lus et archi-lus sont des objets étranges, où chacun trouve à mastiquer, petits et surtout grands. Ils ont curieuse allure ces livres, trop grands, pas faciles à caser sur les étagères, mais j'aime les choses & les gens inclassables, et le désordre ne m'a jamais fait peur ! Cest ça, Ponti: du désordre, celui qui donne vie aux objets, qui transforme les êtres, qui crée. Et du désordre de Ponti naissent des mondes entiers et sans limites, des cieux où nagent des arbres, des peurs,  des métamorphoses. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si l'un de ses impayables poussins s'appelle Foulbazar...

 

Petit bonheur inattendu,

vendredi soir, Petitou a rapporté ceci de la bibliothèque de l'école

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/516V9A70T7L._SS500_.jpg 

un qui m'avait échappé

un grand cru classé de 1991

Broutille

 

Et voici Adèle, endormie dans son lit, à rêver d'une poupée qu'elle n'a pas encore. La chambre d'Adèle ! Elle aurait pu être ma chambre de petite fille, elle pourrait encore être mon refuge des jours de pluie fine, de neige épaisse... Ce dessin m'a happée, hypnotisée.

 

chalbre d'adele026

Le dessin de Ponti est tout entier dans cette chambre, dans ses détails minutieux, dans les yeux endormis d'Adèle.  Broutille va naître du rêve d'Adèle. Broutille et sa jolie maison entraperçue sur plusieurs pages... Une maison où, là encore, je pourrais passer quelques heures au frais ou au chaud, selon la saison:

 

maison broutille027

 

Broutille est une raconteuse, une rencontreuse d'histoires: un poisson-silence, une enfant-lune, un mangeur de lapin,  un cornichon épris de grands espaces, un monstre de fumée accompagné d'un cortège plutôt inquiétant de "poupées inachevées, celles qui n'ont pas été assez aimées pour exister complètement. Mais elles ne peuvent rien faire. Ce sont des mal-rêvées, elles ne sont que fumée".  Broutille, elle, trouvera tout naturellement sa place dans les bras d'Adèle encore endormie.

À peine lue, Broutille a été immédiatement relue, dimanche matin, sous la couette, dans les bras, pendant que dehors l'orage s'époumonait. Et quand je pense qu'il faut le rendre vendredi prochain... je me console aussitôt en constatant qu'il est toujours disponible dans les bonnes librairies, édition l'École des Loisirs !

 

Pour en savoir plus sur Claude Ponti, il existe un petit livre passionnant & néanmoins collector, à une époque disponible gratuitement à l'École des Loisirs ou si votre libraire était gentil, il vous en faisait cadeau (ce qui m'est arrivé, à Saint-Omer, Pas de Calais, en fait, il en avait un stock et je crois que ça l'encombrait...).

 

ponti-foulbazar028.jpg

 

 

Ponti est à l'initiative d'un projet passionnant, musée en ligne d'oeuvres d'enfants:  le Muz , allez-y voir!

 


Partager cet article

Repost0

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 > >>