Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

7 articles avec alboom !

les riches heures de Jacominus Gainsborough

Publié le par Za

les riches heures de Jacominus Gainsborough

J'ai toujours un moment d'arrêt avant d'ouvrir un album de Rébecca Dautremer. Comme une timidité mêlée d'avant-joie parce que je sais que ça va être bien, que je vais y revenir, y passer du temps. D'ailleurs, je ne l'ouvre pas si je n'ai pas un minimum de temps devant moi. C'est bien le moins. Et puis, il ne faut pas oublier le temps nécessaire à l'après lecture, le moment du "pfiouuuuuuu", "la vache !", "eh ben dis-donc !", le temps de se remettre...
Dans le cas des Très riches heures de Jacominus Gainsborough, on aura aussi besoin d'y retourner pour fouiller, scruter le détail, humer l'ambiance, oublier l'histoire pour se promener dans le livre comme dans une exposition, puis retourner à l'histoire, menue et universelle.
Dans l'introduction de cet album, Rébecca Dautremer s'adresse à son lecteur, petit ou grand. Elle rassure le lecteur adulte : oui, ce livre d'images est fait pour lui. Et c'est bien l'art de cette immense dessinatrice que de réunir les générations, de ravir les petits, d'émerveiller les grands.

Bien sûr, comme à chacun de nous, une place était destinée à Jacominus dans ce monde.
Il lui fallut du temps pour en être sûr.
Et encore davantage pour la trouver.

les riches heures de Jacominus Gainsborough

Pour la première fois, Rébecca Dautremer raconte l'histoire d'un animal en l'humanisant, dans un monde d'animaux sur leurs deux pattes, vêtu d'habits chatoyants, dans un style de début de XXème siècle. Jacominus naît entouré, très entouré même, famille, amis, présents sur les somptueuses doubles pages qui donnent une profondeur inouïe à ce récit de vie. Le mignon lapin débute dans la vie par un accident, qui le laisse marqué mais ne l'empêchera pas de mener une vie à sa mesure. Rien de grandiose, mais un destin troublé par son époque.

les riches heures de Jacominus Gainsborough

Le rythme du récit est donné par l'organisation de l'album : l'alternance de pages de texte illustrées à gauche par un portrait de Jacominus qui grandit, vieillit, deux sections présentées comme des pêle-mêle, puis de doubles pages accompagnées d'un texte bref calé au-dessous. Et ce sont bien sûr ces pages-là qui coupent le souffle, qui ralentissent considérablement la lecture - mais pour la bonne cause. Tellement qu'on se promet de relire le texte depuis le début. On peut jouer au jeu des références : Brueghel, Bosch... Mais c'est la maîtrise technique qui époustoufle, l'intention derrière la virtuosité. Jamais de mièvrerie mais de la douceur. L'amour, la nostalgie, le courage, la tristesse, la beauté de la nature, tout est ici parfaitement traduit.
Les très riches heures de Jacominus Gainsborough est une nouvelle pierre sur le chemin des lecteurs fidèles de Rébecca Dautremer ou une parfaite entrée en matière pour les autres. Le Cabas lui décerne le statut d'ALBOOM! - un truc qui n'arrive pas tout les quatre matins.

les riches heures de Jacominus Gainsborough

Les très riches heures de Jacominus Gainborough
Rébecca Dautremer
Sarbacane, 2018

Partager cet article

Repost0

La belle et le fuseau

Publié le par Za

La belle et le fuseau
La belle et le fuseau

Ils avaient des noms, ces nains, mais les êtres humains n'étaient point autorisés à les connaître, ce genre de choses étant sacrées.
La reine aussi avait un nom, mais par ces temps on ne l'appelait plus que Majesté. Les noms n'abondent pas dans ce récit.

- Deux contes revisités avec intelligence pour n'en faire plus qu'un...
- Normal. Neil Gaiman transforme en intelligence tout ce qu'il touche comme l'autre, dont j'ai oublié le nom, le faisait avec l'or.
- Midas.
- ?
- Celui qui transformait ce qu'il touchait en or. Deux contes, donc. La Belle au bois dormant, bien sûr mais aussi Blanche-Neige, l'héroïne de cette histoire vénéneuse, accompagnée de trois des nains.
- Mais quelle Blanche-Neige ! Guerrière en armure, qui n'hésite pas à planter là son prince, la veille de leur mariage, pour courir l'aventure.
- Pas sûre d'ailleurs, que ce mariage l'emballe vraiment.
- Je ne te le fais pas dire !

La belle et le fuseau

- Tous les éléments du conte classique sont là : le château entouré de ronces, une vilaine sorcière super maléfique, un fuseau... Et puis le conte prend des chemins de traverses. Neil Gaiman le tord allègrement pour en faire une histoire originale et ébourriffante.
- Et Chris Riddell, dans tout ça ? Parce qu'on parlait d'or, tout à l'heure...

La belle et le fuseau

- De l'or, il y en a ! Dans les doigts de Chris Riddell, dans son oeil. Des images vertigineuses, noir et blanc, trouze milliards de petits traits (je suis fasciné par les petits traits et l'art si subtil de la gravure), et quelques touches d'or comme autant de points d'exclamation. Sa reine n'échappe pas aux stéréotypes cependant. Je lui ai trouvé un petit air de Lara Croft - le costume moulant sur des jambes interminables.
- Pfff, jalouse...

La belle et le fuseau

- S'tu veux, et j'admets que c'est aussi ce qui donne au conte cette allure moderne. Mais ce serait ma seule micro-réserve parce que pour le reste, c'est du grand art, de l'envoûtement. Les personnages ont autant de relief dans le texte que dans le dessin.

La belle et le fuseau

- Alors, conclusion ?
- Alboom !

La Belle et le fuseau
(The Sleeper and The Spindle, 2013-2014)
Neil Gaiman & Chris Riddell
traduit de l'anglais par Valérie Le Plouhinec
Albin Michel, 2015

 

logo challenge albums 2015

Partager cet article

Repost0

premier matin

Publié le par Za

premier matin
premier matin

Des alboumes comme celui-ci, il ne vous en tombe pas entre les pattes tous les quatre matins. La rentrée est passée - elle finit toujours par passer, et on prend l'habitude de se lever le matin, de prendre la route, le cœur léger ou pas. Petit ours ne veut pas aller à l'école. Rien de nouveau, direz-vous. Si, il y a du nouveau. Il y a Fleur Oury qui signe ici son premier album. Et je suis sciée. Dès la page de garde.

premier matin

Grand ours(e) accompagne le petit sur le chemin de l'école, ce chemin sur lequel on grandit avant même d'avoir rencontré ses pairs. Fleur Oury a tout compris de la boule au ventre, de l'envie irrépressible de rester trop petit pour aller à l'école. Tout est dans le geste, simple et quotidien. Les regards changent, on apprivoise l'inquiétude, doucement, à coup de phrases bienveillantes. Et lorsque le petit ours arrive, il n'est plus si petit, il n'est plus tout à fait le même. Il est prêt. Il a appris la curiosité qui transcende la crainte.

premier matin

Je ne suis pas une technicienne de l'image. Je ressens plus que je n'analyse et ces dessins au feutre m'ont happée. La robe des ours, est mouvante, profonde. Les regards sont précis, parlants. Le chemin se peuple doucement et la classe entière arrive à bon port.

premier matin

Le texte se la joue à l'économie, quelques phrases, juste ce qu'il faut, là où un dessin est plus efficace. Rien de redondant, un chemin qui se déroule sans arrêt, sans retour en arrière. Une perfection, vous dis-je.

premier matin

Il émane de ce livre une intelligence, une douceur, une bienveillance qui vous tirerait des larmes. Premier matin est une évidence. Et Fleur Oury est une auteure à suivre d'urgence.

Premier matin
Fleur Oury
Les fourmis rouges, août 2015

logo challenge albums 2015

Partager cet article

Repost0

imagine

Publié le par Za

imagine
imagine

J'avais fini ma chronique lorsque j'ai vu cette vidéo. Alors, j'ai jeté ma chronique qui ne voulait plus rien dire parce qu'Aaron Becker dit tout mieux. Mais beaucoup mieux.

Alice au Pays des merveilles en short, avec un crayon, une cité alambiquée, des aqueducs à la Eischer, des machines volantes gentiment steampunk, les Milles et une nuits, le pouvoir de l'imagination et de l'audace au bout de la plume d'Aaron Becker, le tout aquarellé comme si c'était normal - la modestie du type !

imagine
imagine

Jetez-vous sur cet album sans texte - pas la peine !
Il suffit d'embarquer sur ce tapis volant...

imagine

Imagine
Aaron Becker
Gautier-Languereau, 2014

Journey
Cadleweek Press, 2013

imagine
logo challenge albums 2015

Partager cet article

Repost0

animalium

Publié le par Za

animalium animalium
animalium

Du grand, du beau, de l'indispensable. On est au-delà du coup de cœur, c'est du coup de foudre. Il y a des livres qu'on est particulièrement fier d'offrir, en v'là un ! Mais il faut s'accrocher, car on atteint ici des hauteurs rares.

animalium
animalium

Vider la boîte à adjectifs ne serait pas suffisant pour rendre hommage à ce grand bazar soigneusement classé qui se déplie généreusement sur les genoux - 37,7 x 27,7 cm, s'il vous plait ! Entre museum et cabinet de curiosité, cet album devient un compagnon d'émerveillement inépuisable.
Mais il s'agit tout d'abord de survivre à la couverture, aux pages de présentation des chapitres...

animalium
animalium

Après, on plonge. Et là, il faut supporter vaillamment la beauté des planches.

animalium
animalium

Le texte est tout à fait intéressant, n'en doutez pas. Mais je ne me remets pas des couleurs, de la construction des images, de la technique époustouflante de Katie Scott.

animalium

Car nous construisons notre imaginaire à partir de ce que nous connaissons. Chaque créature présentée ici dans l'Animalium existe dans la nature et devient un point de départ pour rêver,créer, imaginer...

Préface de Sandra Knapp (Musée d'histoire naturelle de Londres)

Pour tous les amoureux de la belle édition, pour les adorateurs du chant de la page qu'on tourne, pour les sniffeurs de livres, cette merveille - qui rappelle les splendeurs d'Audubon - est une somme à caresser, à renifler, à conserver avec jalousie, à relire à l'envi. Animalium est à ranger à côté du Bestiaire du Gange, pas loin de Chimères Génétiques.

Animalium
Katie Scott & Jenny Broom
Autrement Jeunesse, novembre 2014

D'autres images et l'emballement de la librairie Les Sandales d'Empédocle par ici !

Les éditions Autrement Jeunesse ont fermé leurs portes il y a un mois environ. Jetez-vous sur les livres de leur catalogue inépuisable tant qu'ils sont disponibles.

animalium

Partager cet article

Repost0

Lotte

Publié le par Za

Allez,

hop,

zou,

c'est comme ça,

Lotte

c'est le résultat d'une explosion occulaire,

d'un enthousiasme visuel,

appelez ça comme vous voulez.

Lotte

Ce sourire, ce visage ! Si la couverture vous interpelle, la suite vous enchantera. Je suis emballée, ça se sent ? Cet album, c'est du mouvement, de la lumière, de la joie.

Je voudrais commencer petit, par un détail, une merveille de cabane...

Lotte

Lotte vit dans la jungle avec ses parents. Une vie libre, sauvage presque, au plus près de la nature, immergée dedans au point de nouer des amitiés confiantes avec des animaux magnifiques quoique vaguement inquiétants parfois. C'est une enfance de rêve qui ouvre ce livre, à courir pieds nus, danser, voler presque. Et l'image suit l'enthousiasme contagieux de Lotte, au point de couper le souffle. L'évocation de Stravinsky et de son oiseau de feu n'est pas superflue...

Lotte

Un style graphique unique, cette Audrey Spiry ! Une manière de se jouer des couleurs, de les empoigner pour les balancer là avec un art consommé du fouillis qui en jette. Il faut dire que la jungle, c'est plutôt inspirant. Imaginez un album sobre, minimaliste, qui se passerait dans la jungle... On est d'accord que ça ne voudrait rien dire.

Lotte

Le texte de Sandrine Bonini, à la première personne, donne voix à la fille pirate, exprime ses sentiments intransigeants et purs. Pas de concessions. Elles est seule enfant de son royaume.

Moi, depuis que je suis petite, je m'entraine à vivre et à parler avec la forêt tout entière ! Je connais son immensité et ses moindres recoins dans lesquels je joue à me perdre.

Au point de refuser la compagnie d'autres humains et d'affronter la solitude et le danger. Lotte est de la famille d'Hukleberry Finn, de Fifi Brindacier, de ces enfants qui n'ont aucun besoin d'adulte pour vivre, dont la liberté est le bien le plus précieux.

Lotte fille pirate est un album fracassant, déboussolant !

Lotte fille pirate

Sandrine Bonini & Audrey Spiry

Sarbacane, mai 2014

 

Il n'y a pas que moi qui aime Lotte, elle fait aussi craquer la crème de la crème de la librairie : Jean de la Soupe de l'espace, Soizic de la librairie Pages d'encre à Amiens (une merveille de librairie) et Gaëlle de Marseille !

Partager cet article

Repost0

le tigre de miel

Publié le par Za

Boum, quand votre cœur fait boum !

Votre cœur, vos yeux, votre cerveau, tout !

Voici ce qu'on pourrait appeler un albooom !

le tigre de miel

Le tigre de miel est un conte, totalement envoûtant, dont la lecture à haute voix, si elle est plus longue que d'habitude n'en est pas moins captivante et tient l'auditoire en haleine. Sans parler, évident des oh ! , waouw ! qui ponctuent le récit à chaque nouvelle double page.

le tigre de miel

Shonou vit dans le delta du Gange, suspendu entre l'eau et la terre, enfin la terre, c'est vite dit. Il vit sur un tchar, une île mouvante et éphémère constituée de détritus déposés par les fleuves. Sa famille subsiste grâce à la pêche et aussi à la récolte du miel sauvage. Ce miel dont Shonou est si friand... Mais pour que les abeilles acceptent de partager, il faut respecter des règles établies depuis la nuit des temps. Une année pourtant, les saisons sont bouleversées et la faim pousse Shonou à commettre l'impardonnable imprudence.

le tigre de miel

Le texte de Karthika Naïr (traduit par Dominique Vitalyos) met le conte à distance en le plaçant au coeur d'un dialogue entre un père et son fils, loin de l'Inde. Le père raconte une histoire de son pays, interrompu par l'enfant qui le relance de ses questions. Ce dispositif rend le récit très vivant et l'on frémit aux personnages surnaturels, à la vision de la déesse Bonbibi, à l'évocation de Celui-dont-on-tait-le-nom, le terrible Roi-Démon, Dakkhin-Rai. L'enfant héros ne sortira pas indemne de cette aventure et devra réparer les dommages qu'il a causés avant de pouvoir être pardonnné. Une fin qui a désarçonné les auditeurs. Et oui, on ne peut pas impunément exploiter la nature.

le tigre de miel

Les superbes illustrations de Joëlle Jolivet, foisonnantes, bollywoodiennes, spectaculaires, n'épargnent rien au lecteur, ni la chaleur, ni la lumière, ni l'eau omniprésente, les abeilles bourdonnantes, le regard terrible des dieux. 7 couleurs et tout est dit, le bleu-vert-émeraude de la mangrove, le jaune doré du miel, le violet sourd, et surtout le rose fluo pop qui vitamine le tout et explose de soleil implacable. Joëlle Jolivet a réalisé ces illustrations au pinceau mais elle conserve dans son trait la force de la linogravure qui fait habituellement sa signature. Si l'on ajoute la qualité de l'impression - 4 couleurs par pages, la qualité du papier - à la musique si particulière lorsqu'on tourne la page, vous admettrez que l'on puisse tomber en amour de ce livre.

 

Le tigre de miel

Karthika Naïr & Joëlle Jolivet

hélium / Actes Sud / Zubaan

octobre 2013

 

Sur cet album, vous pouvez aussi lire l'avis de Sophie Van der Linden,

le récit de Joëlle Jolivet sur son site.

Cet album inaugure une nouvelle catégorie cabaïesque, rare mais réfléchie, celle des albooms !

Cet album inaugure une nouvelle catégorie cabaïesque, rare mais réfléchie, celle des albooms !

Partager cet article

Repost0