les piqués de Peake # 1

Publié le par Za

Apparemment, l'admiration pour Mervyn Peake est une maladie incurable... Incurable et contagieuse. Les symptômes en sont aisément reconnaissables. Le sujet atteint devient intarissable dès qu'on évoque l'objet de son engouement et met un point d'honneur à diffuser son syndrome. De plus, il développe une certaine obsession pour des éditions anglaises passablement introuvables, qu'il nommera "mes présssieux" en vous regardant bizarrement si vous tendez la main vers l'objet en question...

Pour le reste, le patient se montrera plutôt courtois, ôtera fort civilement l'entonnoir qui lui tient lieu de couvre-chef, camouflera maladroitement les ailes qui ont poussé dans son dos, lâchera sa bouteille de rhum et engagera volontiers la conversation, pour peu que vous ayez l'après-midi entier à lui consacrer..

 Avouons-le, bien qu'assez atteinte, je suis plutôt néophyte sur le sujet, quoique prosélyte, comme tout nouveau converti. Le piqué de Peake est une engeance peu commune sous nos climats. Alors lorsqu'on en croise un, illustrateur et auteur de surcroît, et qu'il répond au nom de Philippe-Henri Turin, on ne le laisse pas s'échapper sans l'avoir laissé exprimer son admiration. J'ai dans mon cabas quelques dessins de Peake; le dessinateur de Charles en a choisi deux et a accepté d'abandonner un instant son dragonnet pour nous parler de l'art de Mervyn Peake.


" Parler de Peake pour moi, c’est comme parler de mon amour des pirates. L’Alice de Lewis Carroll m’a fait découvrir cet artiste, ses pirates m’ont confirmé que je l’aimerai toute ma vie. Pourquoi donc, me direz-vous? Parce que les pirates… LES PIRATES !

J’ai une fascination pour ces personnages terrifiants et libres, sanguinaires et rêveurs, utopistes et carnassiers, criminels et victimes… C’est sans doute la raison qui m’a poussé à imaginer des récits les mettant en scène, Les aventures de Warf le pirate. J’ai même co-écrit avec un camarade une BD, encore inédite, dans laquelle intervient notre personnage de Warf le pirate. Enfant, ce dernier avait, entre autres, deux serviteurs nommés Lip et Kip. Je les ai nommés ainsi en hommage à deux de mes artistes préférés, Howard PYLE (Lip) et Mervyn PEAKE (Kip). Il serait trop long de parler de l’influence de Pyle sur la représentation du pirate. Il suffit de dire qu’elle est primordiale. Regardez ces peintures puis les films de piraterie d'Hollywood. C’est la même vision. Pyle a influencé durablement notre imaginaire même si nous l’ignorons.

 

pyle

Howard Pyle, Book of Pirates


De son côté, et nous arrivons enfin au cœur du sujet, Mervyn Peake a souvent joué avec ces affreux forbans. Même son premier album pour les enfants est un livre sur la piraterie: Captain slaughterboard drops anchor (capitaine Massacrabord). Dans un autre style, plus enlevé, sont ces dessins fait pour ses deux fils, réunis dans le livre The Sunday books.

 

61HgfXkaAeL. SS500 sundaybooks.jpg

 

Mais surtout, il y a sa vision de l’Île au trésor, de Jim Hawkins et de Long John Silver, d’Israel Hands et de Ben Gunn, sa vision d’un des livres les plus connus au monde, le premier ouvrage de fiction d’un auteur extraordinaire, Robert Louis Stevenson.

Contrebandiers de Moonfleet 1955 Moonfleet 4   Il est très amusant de constater que les pirates ont aussi été le premier sujet ou un des sujets d’autres auteurs tels John Steinbeck avec son somptueux roman d’aventure La coupe d’Or, ou John Meade Falkner avec l’unique et inoubliable Moonfleet, l’équivalent de l’Île au trésor, étonnamment peu mis en image, mais lui ayant bénéficié, au contraire de l’Île au trésor, d’une adaptation cinématographique géniale due à Fritz Lang, même si ce dernier l’a reniée. Un chef d’œuvre absolu, le plus beau film de pirates, une atmosphère lourde et ténébreuse, des personnages lumineux et diaboliques… Bref vous aurez compris que j’adore ce film.

Stewart Granger y est royalement attirant et spectaculairement terrifiant. Quant à la couleur… Un CHEF D’OEUVRE.

 

Les pirates: un sujet qui m’a passionné de longues années. Pour lequel j’ai lu tellement d’ouvrages romanesques et documentaires. Les textes du “Captain Johnson” (alias Daniel Defoe) sont à cet égard indispensables. Et la vérité sur ces gens de sac et de corde est tellement éloignée de la vision romanesque ou picturale habituelle. Mais tout ceci ne m’empêche pas d’aimer les peintures de Pyle, de Wyeth ou de Schoonover, ainsi que les différentes visions de l’Île au trésor, surtout celle de Peake que je préfère par dessus tout, même si j’admire ce que Ralph Steadman a fait de ce texte.

 

Dans la version donnée par Mervyn Peake, il n’y a pas une image que je déteste. Son travail de hachure donne à l’ouvrage un côté suranné comme si ces dessins étaient tout droit sortie d’un coffre abandonné trouvé sur le trésor amassé par Ben Gunn au fond de la grotte. Ces dessins n’auraient-ils pas été faits sur le vif par un des membres de l’équipage de Flint ou de l’Hispaniola? On peut le croire tant ils ont l’air jetés et pourtant travaillés par une main légère et précise. Les gueules de ses personnages sont tellement … vraies. Ils ont dû respirer l’air iodé du grand large et leurs yeux ont dû voir tant d’abordages dantesques.

Il suffit de regarder le portrait de Long John Silver qui est extrait du dernier tiers du livre. Il est fini le temps où Long John subjuguait le jeune Hawkins. Le gamin a peur. Il est attaché et mené comme un chien par le terrible pirate et ses sbires vers la tombe contenant soi-disant le fabuleux trésor de Flint.

Pour comprendre le génie de Peake, il suffit de regarder les différentes représentations de cette scène par les illustrateurs qui se sont succédés au fil des années. La plupart ont dessiné cette séquence vue de loin avec tous les protagonistes ou du moins les deux principaux.

  Peake, lui, choisit de ne montrer que Silver, son expression d’homme décidé, de bête traquée, menacée par la voix de Gunn qu’il croit sortie de l’enfer et par ses hommes qui le menacent de mort si le trésor leur échappe. La tâche noire lui a été donné quelques heures plus tôt dans le fortin abandonné. Il protège le jeune garçon tout en le “martyrisant”. Regardez cet homme à qui il manque une jambe. Qui voudrait le rencontrer au détour d’une ruelle? Son unique jambe devrait être un handicap mais Peake nous le montre presque invulnérable en ne dessinant que son torse de loup de mer. Rien ne pourrait arrêter sa course vers le trésor. Son âme s’est enflammée. Seul l’or pourra la calmer. Une oblique puissante, une corde tendue. On suppose que le jeune Hawkins refuse d’avancer. Le maître-coq s’appuie lourdement sur sa béquille. On ne voit pas qu’il n’a qu’une seule jambe. On le sait mais on ne fait que l’imaginer. Il ne reste dans cette image que la force, la rage (regardez ses yeux!).

 

g6.jpg

 

Et ses cheveux. Ils ont l’air d’être l’émanation de ses pensées un peu folles. C’est une de mes illustrations préférées. Quelques traits et voilà ce qu’un grand artiste peut créer. Point besoin de couleur, de scène spectaculaire, de décor grandiose (seulement une forêt suggérée). Tout le contraire de ce que je dessine. C’est sans doute la raison qui fait que je l’aime tant. L’attirance des contraires. 

 

Une autre illustration extraite de cet ouvrage me plaît particulièrement: la chute d’Israel Hands. Une chute qui semble ne jamais finir, une chute éternelle, la chute de l’ange déchu, de l’homme devenu un démon, dont on sait pourtant qu’elle s’achèvera inéluctablement par l’engloutissement éternel du corps dans les flots et sa disparition totale.

Israel Hands: Voilà, un personnage fabuleux dont le nom est sorti du livre du Captain Johnson / Daniel Defoe. Defoe a compilé, répertorié, amplifié les exploits pour la plupart véridiques des pirates de son temps. Il y a aussi ajouté les minutes des procès, le nom des membres de certains équipages et dans l’un d’eux, celui du trop fameux Edward Teach dit Barbe-Noire, apparaît le sieur Israel Hands le second de l’équipage, un des rares graciés qui a sauvé sa peau en témoignant contre les fonctionnaires corrompus de l’état de Caroline du Nord.

tresaure-israel.jpg

 

Regardez-le tomber! Où et quand s’arrêtera-t-il? Nul ne le sait. Peut-être même pas Jim Hawkins qui dans ses rêves de vieillard, dans son lit, devait le voir encore chuter inexorablement, après qu’il lui eut tiré une balle pour sauver sa vie. C’est un corps mou qui semble suivre les vents, comme une feuille d’automne… En effet, Peake aurait pu se contenter de dessiner le corps sans rien autour et pourtant il a tracé des centaines de lignes, de courbes, qui semblent porter cet homme terrifiant, l’entraîner vers sa tombe. Elles ont un effet hypnotique sur moi. Le vide prend vie, attire, entraîne…

Un travail admirable. Très peu spectaculaire mais totalement extraordinaire.

Voilà ce que j’aime chez ce dessinateur. Chez cet auteur. Ainsi que la beauté de ses noirs et blancs. Cette façon de dessiner les plis des vêtements, de poser des ombres, de laisser vivre les lumières. J’ai beaucoup appris en regardant son travail même si ce que je fais à l’air d’être loin, très très loin de tout ça. Je peux regarder le travail de cet artiste génial des heures sans jamais me lasser. Son travail est dans la droite ligne des maîtres. Il est un maître lui-même, pour ma part.

 

Quant à Za, qui m’a demandé: Dans une autre vie, si ton karma le permet, aimerais-tu être réincarné en illustrateur anglais ? Qu'est-ce qui, selon toi, en fait des illustrateurs hors pair, qu'est-ce qui te pousse vers ce style-là...” – je ne saurais répondre à une telle question. Tout d’abord parce que je ne crois en rien. Pas de Karma ou de paradis, juste une étincelle d’éternité sur cette terre et puis plus rien.

Il se trouve que je suis français, avec des références picturales françaises mais un amour pour cette île et ses habitants. J’ignore ce qui fait leur spécificité. Pourquoi un grand nombre des plus grands livres pour enfants (excepté Pinocchio) sont britanniques, pourquoi mes goûts me portent vers Mervyn Peake, Arthur Rackham,  Quentin Blake, Ralph Steadman, Inga Moore, Tony Ross, Ronald Searle, Wayne Anderson… Je ne saurais le dire. Je les aime, c’est tout. Je n’ai pas assez d’intelligence pour analyser et comprendre. Je fais pareil quand je dessine. Je dessine, je n’analyse pas. Un bon “crétin” de base… En revanche, je sais que j’aimerais particulièrement voir mes petits dessins de dragons traverser la Manche et amuser les enfants britanniques. Malheureusement ce marché reste très fermé.

Voilà j’espère que mes quelques mots vous auront donné envie de regarder plus attentivement le travail de Mervyn Peake, de vous plonger dans ses livres d’illustrations, ses poésies et ses romans, tout est bon à prendre. Et j’envie ceux qui sont sur le point de le découvrir.

 

Bien à vous,

Philippe-Henri Turin "

Mon cabas et moi te remercions infiniment !

 

 ogres.jpg  charles  endroit rêvé couv063  warf  http://ecx.images-amazon.com/images/I/410EPPVFYXL._SL500_AA300_.jpg

 

   Philippe-Henri Turin est l'illustrateur et parfois l'auteur de...

Les Ogres, Charles à l'école des dragons, l'Endroit rêvé, Warf le pirate, La Bombarde...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mel 16/02/2012 14:48


Waouh ! c'est détaillé, documenté dis donc ! Tu devrais poser ta candidacture chez Busnel sur France5 (tu lui ferais de l'ombre ^^) ;)

Za 16/02/2012 22:41



Je suis heureuse que tu aimes !


Tu remarqueras que ce n'est pas moi qui ai bossé le plus dans cette histoire... Et j'apprends, j'apprends ! Le commentaire des dessins est formidable, je ne les vois plus de la même manière; j'ai
découvert Pyle aussi ! L'évocation de Moonfleet m'a ravie, j'adore ce film, ce livre. En un mot, je me régale !


Quant à Busnel...


Capillairement parlant, je ne peux pas suivre...


 



Bertrand Santini 16/02/2012 13:03


L'enthousiasme de Philippe-Henri est rudement communicatif !

Za 16/02/2012 22:32



En fait, au bout d'un moment, tu lis Gormenghast juste pour qu'il arrête... C'est très efficace !


J'ai relayé ici les interviews de Ricochet. Je ne me remets pas des illustrations de Laurent Gapaillard pour le texte de Gripari : c'est incroyable !



jeneen 14/02/2012 22:54


elle veut être paméontologue, pour l'instant ! !!!! biz

Za 16/02/2012 22:25



Et un jour elle trouvera le squelette d'un étrange dinosaure, pourvu d'organes jamais étudiés auparavant et permettant de... cracher du feu !



jeneen 13/02/2012 18:27


whaouh, quel article ! je ne connaissais pas Peake mais Jen est fan de pirates (c'était le sujet d'étude l'an dernier à l'école) . Elle a bien l'intention d'exporter Charles, elle veut en parler
aux "correspondants" de sa cousine !!! (qui ont 11 ans et ne sont plus dans Charles mais bon...z'ont peut etre des petits frères...!)


biz dame Za

Za 14/02/2012 21:09



Ces pirates-là sont parfaitement effraants, parfaitement parfaits !
Je ne saurais trop te conseiller de lire les romans de Mervyn Peake : Titus d'Enfer, Gormenghast...


Jen fera carrière dans l'édition, c'est obligé !


Biz'girls !


 



Gaëlle 12/02/2012 15:35


quelle belle communication!!

Za 12/02/2012 18:32



Ton enthousiasme est un gage de qualité !  Merci !



Aifelle 12/02/2012 14:35


Je viens tout juste de réaliser que tu es venue chez moi répondre au commentaire laissé chez 'l'or des chambres". Ma pauvre mémoire m'avait fait oublier son billet  Du coup, je me demandais d'où pouvait bien sortir cette adresse ... Merciiiiiiiiii.

Za 12/02/2012 18:28



Au plaisir de te revoir par ici ! Ou dans un salon de thé...



severine 11/02/2012 14:47


Héhé; un bon lait de poule  ^^  Je ne sais pas qi les pirates buvaient des laits de poule comme les grands-mères  :0))))))))))  ça fait des siècles que je n'ai pas vu ce film
! Honnêtement; ils pourraient programmer tous ces bijoux à la TV; ça ne couterait pas beaucoup de sous et ça ferait plaisir à tout le monde. Il y en a aussi une bonne liste de films de pirates...
! Why not pour la veillée; j'amènerai qqs DVD aussi alors   ;)))))   Pour Peake; il faut voir en effet; j'avoue quand même que je ressens un côté assez sombre qui "pègue" à la
peau dans ses illus; j'aime bien ressentir du plaisir en regardant des dessins; c'est mon goût à moi; il en faut pour tout le monde  ^^ 

Za 11/02/2012 16:26



Alors on dira que c'est un plaisir sombre... On ne va pas faire de la psychologie à deux sous, mais il ne faut pas oublier que la majeure partie de l'oeuvre de Peake, romans & dessins, a vu
le jour au lendemain de la deuxième guerre mondiale, pendant laquelle il était dessinateur de presse. A la libération, il a été l'un des premiers à pénétrer dans le camp de Bergen-Belsen...






Sa vision d'Alice est plus grinçante que sombre, et ce genre d'image est tout a fait réjouissant, non ? Pour une dessinatrice comme toi, j'imagine qu'elle est techniquement assez
époustouflante...





 


Et j'aime aussi le petit côté énervé de son lapin blanc :





 


 



l'or des chambres 11/02/2012 11:38


Voilà une belle passion que j'aime lire (et même que j'adore) on sent là le lecteur, le "voyeur" qui dévore les dessins donnés à voir... On sent celui qui dessine par instinct et par passion
aussi... Je pense comme lui, le " pas d'analyse je préfère ressentir", je m'y retrouve extrèmement bien...  Et quel dommage oui, que son petit "Charles" ne puisse pas dépasser les
frontières... Alors qu'il y a tellement de talent... (tu sais que Philippe Henri Turin a fait un petit tour sur ma boite mail pour m'offrir quelques dessins du prochain "Charles" ?? J'en étais
enchantée !!) Bisous Za et bon week end (et autre chose : Malou n'as toujours pas fini "Le seigneur des anneaux" non plus... Quand à Joëlle je n'arrive pas à avoir de réponse... Et Bladelor avait
jeté l'éponge si tu t'en rappelle bien... Je vous laisse donc tout le temps qu'il vous faudra pour le finir et referais un petit sondage fin du mois...)

Za 11/02/2012 16:47



Le petit Charles s'exporte quand même un peu, si je puis me permettre...





 


 








Visiblement la blogosphère attend impatiemment la suite de ses aventures !


J'ai terminé La communauté de l'anneau ! Plus qu'à fignoler mon billet, et c'est quand tu veux !


Bon ouikende au coin du feu  !


 



severine 10/02/2012 22:14


"Stewaaaaaaaaaaaaaaaart !"   ^^  Mervyn Qui ?!   Eh ben, qui se ressemble s'assemble dis moi !


Une expo pour toi; meuh si ça va te plaire : http://www.lamilkfactory.com/galerie/expos-a-venir/exposition/-2135ce1a4d/

Za 10/02/2012 23:03



Je savais que la seule présence de Stewart Granger dans cet article te mettrait en émoi... J'ai le DVD de Moonfleet, on se fait une soirée cheminée/contrebandiers ? On ne serait pas obligées de
boire du rhum en même temps... Quoique... Un grog, par les temps qui courent...


J'ai reçu aujourd'hui l'édition française du Alice de Lewis Carroll illustré par Peake. Le jour où tu mettras le nez dedans, tu deviendras toi aussi piquée de Peake, crois-moi !