les grandes personnes, vaudrait mieux en faire de la soupe !

Publié le par Za

C'est le titre d'un livre de Guus Kuijer (qui parmi vous saurait le prononcer ?).

Énervement n°1:
Il est de bon ton, dans certains cercles littéraires de mépriser la littérature de jeunesse, d'en faire une sous-littérature mièvre et inutile, tant il est merveilleux de lire Dostoïevski à 12 ans ! J'exagère à peine, je l'ai entendu à la radio, il y a quelques temps, dans la bouche d'un philosophe connu. Et là, je me retrouve en train de crier à mon poste : " Et Ponti, et Ungerer, c'est des coureurs cyclistes, peut-être ?! "  Ridicule, d'autant que je suis seule dans la pièce, personne pour profiter de ce bel énervement... Habituellement, j'aime mieux quand il y a un peu de public...

Énervement n°2:
Moi - Tu avais un livre à lire pendant les vacances ?
Demoiselle L., élève de 6ème - Oui, plusieurs chapitres des Métamorphoses d'Ovide, j'ai rien compris, et on avait un DM (devoir à la maison) dessus..

Grrrrrr.... Est-il vraiment urgent de faire lire Ovide à des élèves de 6ème ? J'entends, sans les accompagner dans cette lecture, non, mais en leur confiant simplement le livre à la veille des vacances,  " vous me lirez ça pour la rentrée. Circulez". Comprenons-nous bien, je ne suis pas en train de vous refaire le plan de la Princesse de Clèves.. Je n'ai rien contre l'idée d'initier nos petits bouts de lecteurs aux bons vieux classiques. Moi même, en classe... Mais c'est une autre histoire... Pourrait-on au moins essayer de le faire moins brutalement, s'il vous plait...

Je me demande souvent comment on peut transmettre à son tour ce qui vous a été donné, un jour, avec générosité, le sourire au coin des lèvres, la connivence en plus ?  Qu'est-ce qui fait naître un lecteur curieux, avide, heureux ? Cultivé, certes, mais d'abord heureux !
Pour les petits, pas de doute, il faut leur donner des textes à entendre ( ce qui satisfait pleinement mon goût du one-maîtresse-show !). Tout est bon à prendre, tout est bon à lire: Marie-Aude Murail (first !), Roald Dahl (ah ! contrefairrre la voix de la Grrrandissime Sorrrcièrrre), les aventures d'Ulysse, Andersen, Fifi Brindacier, Alice au pays des merveilles, le Petit Nicolas (ça marche toujours très bien), Susie Morgenstern, les contes de tous les continents et de tous les temps, Peau d'Ane, la Barbe-Bleue, le Petit Poucet, le Minotaure, Jason et la toison d'or, Baba Yaga, Soundiata l'enfant-lion, Nasreddine Hodja... Je vous cite ceux-là parce que je les ai tous essayés, avec bonheur.

Tiens, en parlant de Nasreddine Hodja, l'autre matin, ouvrant le manuel de Français (Facettes/Hachette) avec mes CM1 pour chercher un exercice sur l'imparfait, visez un peu ce que j'ai trouvé:

jdarwiche054


Si, si ! Notre Jihad dans les manuels scolaires !!! Bon, cette phrase s'adresse un peu exclusivement à certains de  mes fidèles lecteurs & amis... Pour ceux ne le connaîtraient pas, Jihad Darwiche est sans conteste le meilleur conteur de tous les temps, et je n'exagère pas (comme si c'était mon genre, d'ailleurs...) ! Ses nombreux recueils de contes se trouvent  sur les rayonnages des (bonnes) bibliothèques & des (excellentes) librairies. C'est également un être humain comme on en croise rarement, un ami très cher, un frère.  
 http://www.mondoral.com/spip.php?rubrique97


http://www.actusf.com/spip/IMG/jpg/LeBonheurSansPrevenirMoyen.jpgMais revenons à Guus Kuijer, parce que  moi, j'aime les livres Guus Kuijer (et que je ne me lasse pas son nom...) !  Et, délice, parmi les nouveautés de ce printemps, avec les hirondelles qui ne manqueront pas de revenir investir  les poutres du porche de la maison, arrivera également  le nouveau Guus Kuijer: "Porté par le vent vers l'océan". C'est le quatrième tome des aventures de Polleke (traduit en Français par Pauline). Pauline a un PC (père compliqué) aux prises avec la drogue, une maman qui file le parfait (?) amour avec l'instituteur, un amoureux, Mimoun, des grands-parents à la campagne, un veau comme animal de compagnie.
Tout ça se passe aux Pays-Bas, dans un quartier populaire d'Amsterdam. Il est question d'amour, de famille, d'amitié, ça part dans tous les sens, c'est vivant, bref, ça décoiffe ! Guus Kuijer ne s'encombre pas de politiquement correct, de langue de bois gnan-gnan. Et, j'allais oublier, en plus, c'est drôle !

Les quatre tomes des aventures de Pauline (" Unis pour la vie", "La vie, ça vaut le coup", "Le bonheur surgit sans prévenir" (j'aime ce titre) et "Portés par le vent vers l'océan") sont édités par l'École des Loisirs.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Karen B. 27/02/2010 13:49


Certes au demmeurantJe suis loin d'etre une experte de la littérature fantastique si l'on met de coté le génial Ray Bradbury (mais est-ce bien du fantastique??) et tu auras percu (putain de clavier
anglais qui mange les cédilles) le léger mépris dans ma remarque. C'est que, hélas, les éleves ne lisent pas que Tolkien mais des ''machins'' (comme dirait le général) avec des illustrations d'un
autre monde (pas le mien) et ce sont souvent de mauvaises traductions. Mais bon, tu me diras il vaut mieux lire ca que rien du tout. Parfois je conseille aux vrais réfractaires de lire dans des
bulles, meme écrites par Hergé... En Afrique oui, j'ose!!! Je sens que tous les craintologues de la terre vont me tomber dessus. Allez-y j'aime ca.

allez.... see you pour la suite et merci pour l'allusion à Jean-Baptiste... Il y a des gens qui nous manquent quand meme. Ce qui me console c'est qu'il doit bien rigoler avec Papi Morelli. Tu ne
crois pas?


Za 27/02/2010 19:55


Tu remarqueras que c'est toi qui écrit mes commentaires les plus longs ? ia tibia glouglou !


Karen B. (!) 25/02/2010 16:54


Alors.... je m'invite au débat... lecture ou littérature. Pour avoir 3 niveaux différents, 6eme, 5eme et 4eme, je peux dire que, plus on évolue dans le monde impitoyable du college, plus il faut
ruser pour les amener a apprecier la litterature. Certains lisent, c'est deja ca, mais ca reste du fantastique ou de la litterature de jeunesse (hélas pas toujours Murail ou Morgenstern!!!) mais
pour les amener à''gouter'' Queneau, Perec, Desproges (et oui, pour moi c'est du meme niveau)je ruse... exemple,demain je prépare une sequence Perec avec plusieurs extraits dont deux de la fammeuse
''disparition'' et je ne vais pas leur dire de quoi il s'agit...

J'ai fait la meme chose avec les exercices de style de Queneau il y a 15 jours je leur ai présenté ces extraits comme un prolongement du cours sur les figures de style qu'on venait de faire. Succès
garanti. Ils ont lu, relu, se sont marrés comme des tordus . je termine en disant qu'au trimestre dernier alors qu'on était en plein Bourgeois gentilhomme, nous avons fait un bond dans le XXeme
siècle en lisant une pièce hilarante de Tardieu''Finissez vos phrases''... une réussite car ils ne pensaient pas que les ''grands auteurs'' pouvaient à ce point bousculer les codes de la langue et
de la grammaire. et voilà, à chaque fois je me dis que c'est une victoire sur la connerie. J'ai le vague espoir qu'ils auront peut-etre envie d'en lire plus... un jour... who knows???

GROS BISOUS ZABETOTCHKA MOJA. Je proclame au monde entier que je suis fiere d'avoir une ''sestra'' comme toi.


Za 25/02/2010 18:40


Sassa, daragaya moja ! Il en jette ton commentaire !

Je me permets de mettre un petit bémol. Lorsque tu écris " ça reste du fantastique ou de la littérature de jeunesse". Le fantastique peut être de la bonne littérature (Tolkien), quant à la
littérature de jeunesse, je la considère comme de la VRAI littérature, au même titre que "l'autre". Dans ses deux domaines, il faut ensuite séparer le bon grain de l'ivraie (métaphore évangélique,
juste pour toi), et c'est là que l'enseignant, le parent, le libraire entrent en scène.


Spassiba pour ta contribution !



The King Of The Thousands 25/02/2010 01:04


Remarque que j'exagère un peu, Spirou, la bibliothèque verte, Bob Morane et le petit Nicolas avaient réussi à maintenir mes yeux sur des livres non obligatoires...

Difficile nuance, difficile frontière entre goût de la lecture et goût de la littérature...

Après tout, quand je lis le blog de Za, c'est peut-être de la littérature interactive ?


Za 25/02/2010 12:09


Grand débat que cette différentce entre l'amour de la lecture et celui de la littérature... Périlleux aussi: commment éviter l'élitisme ? Et si on posait la question à Christine ? Elle doit avoir
des choses passionnantes à nous dire sur le sujet !
Sinon, pour ta dernière phrase: merci, merci, merci !


The King Of The Thousands 25/02/2010 00:41


Bravo.

Je ne peux même pas faire une mauvaise blague sur ton post du jour, je partage trop ton avis.

Il a fallu que je déniche par hasard "Le petit Prince" dans un grenier où je m'emm... m'ennuyais pour commencer à aimer la lecture. Je n'oserais jamais te dire à quel âge. Mais on m'avait déjà fait
traduire la guerre des gaules pour former mon esprit à... à quoi d'ailleurs ? j'ai oublié...

Alors bravo à celui qui a osé publier Jihad dans un livre d'école !!!!!!! Et que l'on ne croit pas que tout est joué au passage au collège, il faut continuer à faire lire des livres "faciles"
pendant toute la scolarité pour qu'un maximum de jeunes découvrent la lecture.

Et pendant ce temps, je suis encore sur l'ordi au lieu de me plonger dans un bon livre :-(

Za, je te tire la langue et le chapeau.

P.S. J'ai pensé à toi pendant la préparation du dîner, il fallait dénoyauter des olives... tu crois pas que j'allais quand même rester sérieux jusqu'au bout, non ?


Za 25/02/2010 12:06


hi, hi ! (pour les noyaux d'olives...)
Il faut mentir aux enfants et leur faire croire ( au moins au début )  que la littérature, c'est facile et distrayant, et ça l'est souvent d'ailleurs !
biZette-s !