la colère des aubergines

Publié le par Za

Ça, c'est du titre, du vrai, du beau !

 

Un recueil de nouvelles culinaro-familiales de l'auteure indienne Bulbul Charma.

 

boulghour-shawarma011.jpg

 

...nouvelles à picorer,

récits de famille autour de la table et des marmites,

mariages et voyages,

amours et rancunes (très Jane Austen, "amours et rancunes", non?),

des épices: curcuma, moutarde, cardamome, cumin, cannelle, girofle,

gingembre, coriandre, carvi, fenugrec,

des plats épicés, épicés,

des montagnes de légumes,

et quelques pommes de terre,

du craquant, du fondant,

beaucoup de sucre,

et du gras, du gras...

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51R0SFK438L._SS500_.jpg

 

Chaque nouvelle se termine par les recettes des mets évoqués. Les histoires sont cocasses, mélancoliques, tendres, tristes, parfois tout à la fois.

 

Extrait de la nouvelle "La Colère des aubergines", parlant de M. et Mme Kumar:

" Ils avaient engendré un fils dont la conception les perturba et les stupéfia tous deux à tel point qu'ils ne renouvelèrent jamais l'expérience.

Le fils grandit dans la chaleur et la confusion des deux familles étendues sans distinguer son père des autres hommes de la maisonnée. Jusqu'à l'âge de dix-huit ans, il vécut avec l'impression que son oncle préféré était l'auteur de ses jours. Quand il se rendit compte que c'était en fait M. Kumar, il fut si abasourdi qu'il s'enfuit de la maison familiale. On le retrouva quelques jours plus tard, et avant qu'il ne s'avisât de commettre un nouvel acte radical, son grand-père le maria à une jeune fille de bonne famille, généreusement dotée. Mme Kumar n'avait pas voix au chapitre. M. Kumar non plus."

 

Bulbul Sharma est également l'auteur de "Mes sacrées tantes", toujours chez Picquier.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Elisabeth n°2 19/04/2010 19:46


Incroyable je l'ai lu il y a déjà quelques temps et je croyais être la seule à savoir apprécier ce genre...


Za 20/04/2010 17:40



Mais non, très chère, nous sommes légions par ici et pire, il paraît qu'il s'en vend dans le Cantal, à ce qu'on m'a dit...



Philippe 14/04/2010 17:13


@mythe, merci pour l'extrait, et @Zette, pendant que tu nous écoutes et ne sais pas quoi faire de tes mains, ce sera comme d'hab, menthe-réglisse...


Za 14/04/2010 17:32



Bande de couillons... que ferais-je sans vous...



Karen B. 14/04/2010 17:00


Moi je dis la vie, c'est dingue!


Za 14/04/2010 17:04



Faut le vivre !!



Karen B. 14/04/2010 16:37


Alors pour moi Earl Grey s'te plait avec des muffins choco orange...


Za 14/04/2010 16:48



C'est fou, j'en ai fait lundi, juste choco, mais quand même !



Karen B. 14/04/2010 16:19


Ca fait du bien de se faire traiter de mythe surtout qu'avec les 6ee on nage en pleine Odyssee... Alors question lectures delirantes je vous recommande l'ancien mais toujours efficace ''Sans
Nouvelles de Gurb'' d'Eduardo Mendoza

Pour ceux qui ne connaissent pas, il s'agit du monde vu par un extra-terrestre debarque a Barcelone (putain de clavier anglais) SPECIALE DEDICACE ELIE.

Un petit extrait...

16h00. J’entre dans une boutique. J’achète une cravate. Je l’essaye. Je conclus qu’elle me va bien et j’achète quatre-vingt quatorze cravates pareilles.

16h30. J’entre dans un magasin d’articles de sport. J’achète une lanterne, un bidon, un camping-gaz, un tee-shirt du Barça, une raquette de tennis, un équipement complet de planche à voile (de
couleur rose phosphorescent) et trente paires de chaussures de jogging.

17h00. J’entre dans une charcuterie et j’achète sept-cent jambons fumés.

17h10. J’entre chez un marchand de fruits et légumes, et j’achète une livre de carottes.

17h20. J’entre chez un vendeur de voitures et j’achète une Maserati.

17h45. J’entre dans un magasin d’électroménager et j’achète tout.

18h00. J’entre dans un magasin de jouets et j’achète un déguisement d’Indien, cent douze petites culottes de poupée Barbie et une toupie.

19h00. J’entre dans une bijouterie et j’achète une Rolex en or automatique, waterproof, antimagnétique et antichoc, que je casse sur-le-champ.

19h30. J’entre dans une parfumerie et j’achète quinze flacons d’Eau de Ferum, la dernière nouveauté.
20h00. Je décide que l’argent ne fait pas le bonheur, je désintègre tout ce que j’ai acheté, et je continue ma promenade les mains dans les poches et le coeur léger


je ne m'en lasse pas...

Besos a todos


Za 14/04/2010 16:24



Mais allez-y les potes, faites comme chez vous, discutez entre vous sur mon blog ! Vous voulez pas que je vous serve un tchaï, tant qu'on y est ?


Sinon, j'adore l'extrait, je vais me ruer sur ce bouquin !


De Mendoza, j'avais lu et aimé "la ville des prodiges" et " le mystère de la crypte ensorcelée".



Philippe 14/04/2010 10:08


Message pour un mythe... Merci de ta suggestion, mais non seulement je le lui ai déjà acheté, mais encore en plus deux autres amies le lui ont offert (heureusement après moi...), d'où ma mise en
garde :-)

Cela étant dit, un mythe qui connaît une écrivain mythique, ça commence à faire fort, va falloir que je trouve plus qu'une petite carte à déposer sur un bureau...

Bizettes mythiques


Za 14/04/2010 16:25



Elle en connait du beau monde, Miss Kenya, non ?



Karen B. 14/04/2010 04:48


Message pour le King... tu peux aussi offrir a Christine un beau livre intitule ''Les voyages de l'aubergine'' de Nina Kehayan. Des recettes du monde entier avec en introduction l'histoire
familiale multiethnique et passionnante de Nina qui fut mon premier professeur de russe...

A part ca Elie, ca va?


The King Of The Thousands 06/04/2010 00:34


On peut se mettre d'accord ?
C'est moi qui l'achète à Christine ?
Histoire qu'elle ne le reçoive pas 3 fois comme le dernier livre sorti sur l'aubergine ?
Déconnez-pas les filles !
Ok ?
De toute façon, j'étais le premier la dernière fois :-p

Bizettes à toutes les lectrices qui me pompent les bonnes idées mais même que je leur en veux pas :-D


Za 06/04/2010 10:10



Bon, d'accord.


De toute manière, j'avais un autre projet auberginesque en vue pour elle...  ;o)


BiZette