deux filles chez Grasset Jeunesse

Publié le par Za

deux filles chez Grasset Jeunesse

Mais quel titre ! Ma sœur est une brute épaisse !
Immédiatement, on pense à quelqu'une qu'on a connu, qu'on côtoie, à sa propre sœur, voire même à soi, c'est selon.
La sœur en question, on la trouve d'abord sur la couverture, l'air décidé, les poings sur les hanches. Le narrateur, un mignon bien tranquille aux cheveux joliment fluos voit sa vie chahutée par cette petite sœur bien remuante. Chaque moment de tranquillité est troublé par cette tornade tonitruante, goulue, éclaboussante, renversante, en un mot pénible, en un autre mot vivante. Mais finalement, n'est-elle pas rassurante, par sa simple présence ?

deux filles chez Grasset Jeunesse

Une petite fille aussi radicalement turbulente, ce n'est pas si souvent qu'on en rencontre dans les alboumes. Il y a eu de célèbres précédentes dans la bêtisette et la liberté, de Sophie et ses malheurs à l'incomparable Fifi Brindacier. Le frère est, lui, un exemple de sagesse. Voilà qui est bien agréable pour chacun : on a le droit d'être un garçon calme, qui aime lire et déguster ses petits-beurres en commençant par les coins; on a le droit d'être une fille et de vivre à cent à l'heure, de manger salement, de sauter dans les flaques.
Les découpages vitaminés de Sandrine Bonini rendent à merveille le mouvement des personnages, leurs disputes avant le retour au calme.

Ma soeur est une brute épaisse
Alice de Nussy & Sandrine Bonini
Grasset Jeunesse, mai 2018

deux filles chez Grasset Jeunesse

Hello ! Moi, C'est Suzie.
Ce que j'aime, c'est aider.
En fait, je suis la meilleure aideuse du monde.

Suzie, son truc, c'est aider, prendre des initiatives. Partout et tout le temps, elle aide. Elle fait aussi dans le genre remuant, une idée à la minute, faire les courses, les déballer, organiser, ranger, maquiller mamie et coiffer papy pendant leur sieste... Et tout cela dans le but de bien faire, évidemment !
Le contraste entre le texte à la première personne - qui traduit les intentions de Suzie, et les images qui montrent les résultats de ses actions, est tout à fait réjouissant. On s'amuse franchement à voir la petite demoiselle bouleverser le calme de sa famille, y apporter du piment. Les personnages sont croqués très simplement, au plus près de l'expression, du mouvement. Le dessin va au plus efficace dans une économie de détails et une palette de couleurs joliment contrastée.
Ces deux albums sont finalement complémentaires - le premier dans un genre pop et très contemporain, le second sur un versant plus humoristique.

Suzie
Sophy Henn
Grasset Jeunesse, janvier 2018

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article