calpurnia

Publié le par Za

Venez que je vous présente ma nouvelle amie !

calpurnia

Elle a onze ans, presque douze, un esprit en alerte, une curiosité insatiable. D'ailleurs, tout est dit sur la magnifique couverture. Elle a tout de la petite fille modèle : la natte sage, le tablier, la robe à volants, le dos droit, l'air sérieux. Mais regardez mieux... Calpurnia - quel prénom ! - tient un filet à papillons et autour d'elle volètent des insectes. Des oiseaux, des écureuils, un tatou, un microscope, des bocaux d'observation l'entourent.

Bon-papa m'avait dit que les guêpes peuvent choisir d'être mâle ou femelle quand elles sont à l'état de larve. une idée intéressante : je me demandais pourquoi les enfants humains n'avaient pas ce choix pendant qu'ils étaient encore en cours de formation, disons jusqu'à cinq ans. Après tout ce que j'avais vu sur la vie des garçons et sur celle des filles, j'aurais choisi sans hésiter d'être une larve masculine.

Le roman suit Calpurnia tout au long de cet été texan étouffant qui épuise les corps mais laisse vagabonder les esprits. Puis viens l'automne, passe le temps, le siècle s'achève, et se rapproche le moment où les obligations de toute jeune fille de bonne famille prennent le pas sur la liberté, l'envie de découvrir.

Au-delà de l'aventure scientifique vécue avec ce grand-père étrange et lointain, c'est l'avenir d'une femme qui se joue, tiraillée entre ce qu'elle doit faire et ce qu'elle veut faire. Et ce qu'elle veut faire est si loin de l'éducation qu'elle reçoit. Au point de se demander si les filles peuvent devenir des savants, elles aussi... Cette simple question plonge le grand-père dans un abîme de perplexité. Car la réponse, évidente pour lui, risque fort de poser des difficultés à cette enfant, si singulière qu'elle se croit seule de son espèce.

- Je vois, dit-il. Est-ce que tu te rappelles le jour où nous nous sommes assis au bord de la rivière, il y a quelques mois pour parler de Copernic et de Newton ?

- Je m'en souviens, comment pourrais-je l'oublier ?

- N'avions-nous pas parlé de l'élément de Mme Curie ? De la chouette de Mrs Maxwell ? Du ptérodactyle de Miss Anning ? De son ichtyosaure ?

- Non.

- Des équations de madame Kovalevsky ? des voyades de Miss Bird aux îles Sandwich ?

- Non.

- Tant d'ignorance... marmonna-t-il.

Les larmes me montèrent aussitôt aux yeux. Etais-je donc si ignorante ?

- Pardonne mon ignorance, s'il te plait, Calpurnia. Tu m'avais siffisamment mis au courant de l'état rudimentaire de l'éducation publique que tu as reçue, et j'aurais dû savoir que tu n'avais aucune connaissance de certaines questions scientifiques. Laisse-moi te parler de ces femmes.

Pas un temps mort dans ce texte, rien qui donnerait envie de remettre à demain une nouvelle rencontre avec une héroïne terriblement attachante.

Vous partez bientôt en vacances ? Glissez  Calpurnia dans votre valise !

 

Calpurnia

Jacqueline Kelly

traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Diane Ménard

illustration de couverture : Beth White

mars 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

L'or rouge 01/07/2014 18:34

ça prouve bien que nos goûts se ressemblent terriblement puisqu'il est dans ma PAL depuis quelques mois et que j'ai prévu de le lire cet été. Ton billet délicieux m'y incite encore plus ;0) Bises

Za 02/07/2014 21:34

Tu vas te ré-ga-ler !!!