issun bôshi

Publié le par Za

Planté au milieu de la vitrine d'une librairie, cet album attire l’œil, on ne voit que lui.

issun bôshi

Quatre couleurs : jaune, orange, bleu et ce vert si discret, si subtil qu'on croirait presque à une illusion. De grands aplats, où la ligne vient jouer l'ombre et le volume.

issun bôshi

Des personnages simplement caractérisés, ce petit Ossun Bôshi presque sans visage, une silhouette perpétuellement en action, la fille du seigneur avec ses airs de Joconde, l'ogre et sa trogne de kabuki... Tout cela est parfaitement maîtrisé, le chaos de la ville, la forêt comme un jardin d’Éden, le fond de l'estomac de l'ogre.

issun bôshi

Ce Tom Pouce japonais est, comme le conte de Grimm, un petit bonhomme débrouillard, un David qui saura vaincre Goliath avant d'embarquer la mignonne. Rien que de très classique, mais, à vrai dire, l'histoire, je m'en fous un peu. Pourtant je pourrais relire cet album des dizaines de fois, tant le travail graphique m'a séchée sur place, disons plutôt : tant l'image transcende le conte - c'est mieux.

issun bôshi

Icinori, un nom pour deux créateurs : Mayumi Otero et Raphaël Urwiller qui creusent un sillon singulier et immédiatement reconnaissable. Leur manière d'utiliser la couleur est unique, leur idée de l'objet-livre - du dessin à l'impression - est passionnante. Il n'est qu'à voir leurs pop-up - fait à la main, tirés à quelques dizaines d'exemplaires. Parce qu'Icinori est aussi un éditeur d'albums, d'images.

Ossun Bôshi est finalement le genre d'album qui me met en joie. Les enfants accrochent à l'histoire (testé) et à l'étrangeté des images - étrangeté dans la masse des images qui leur est habituellement destinée. Et l'adulte qui l'aura peut-être choisi, emprunté, proposé, lu, aura, je l'espère, la sensation d'être tombé sur une pépite, ressentira l'envie d'y goûter à nouveau plus tard, seul et tranquille. Puis, peut-être aura-t-il l'idée de le conserver précieusement, comme un jalon important, la naissance d'un style.

 

Où l'on parle d'Icinori...

... une interview sur Illustrissimo,

          des images d'Issun Bôshi sur le site des auteurs,

                    des images d'un album précédant Jabberwocky d'après Lewis Carroll,

          des images d'une exposition sur l'excellent site de Cligne-cligne,

des images et un excellent article Icinori, zone de création intense sur le site Boum ! Bang !

issun bôshi

Et ne passez pas à côté de l'avant-dernier numéro de l'excellente revue Hors Cadre[s] consacré à la couleur, qui leur a confié leur couverture et leur consacre un article sous la plume de Sophie Van der Linden.

Issun Bôshi

Icinori

Actes Sud Junior

septembre 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article